Articles avec #politique gene tag

Publié le 10 Janvier 2015

Selon les derniers chiffres disponibles, les tirages moyens de Charlie Hebdo se situaient autour de 45000 exemplaires.

Dès mercredi soir, les rassemblements en réaction à  la tuerie à la rédaction de l'hebdo ont largement dépassé ce niveau de diffusion, montrant un élan rarement vu en France. Et, moment rare aussi, la police et la gendarmerie ont même été applaudies par la foule ! Avec raison.

Vendredi, le second massacre dans l'épicerie casher de la porte de Vincennes est venu ajouter l'horreur de l'antisémitisme à l'horreur de ce terrorisme yeménito-intégriste.

Tout le monde pense que ces événements devraient rester longtemps en mémoire.

Demain, les chiffres du chômage et des faillites d'entreprises seront toujours là avec leurs contenus de drames personnels et familiaux. Ce poids énorme qui pèse sur la société en France comme en Europe du Sud ne doit pas faire oublier une autre chape de plomb qui, elle, menace la liberté.

Dans la chronologie de cette semaine, Il restera aussi l'intervention télévisuelle de Jeannette Bougrad, compagne de Charb, un des dessinateurs assassinés. Avec courage, elle a mis en relief le background de ces événements et les responsabilités de certains groupes.


Sur ce qui s'est passé ces derniers jours, ce ne sont plus les habituelles déclarations ficelées par un service com' que l'on attend du pouvoir politique, ni des commentaires bien assis de trop de médias sur le sujet de la démocratie que nous voulons en France.

Le jour d'après Charlie ne devrait pas être comme hier.


(texte modifié)

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2014

De la lecture spécialement à destination des élus PS, frondeurs ou non...en écho à leurs réactions en janvier 2012.

 

Fitch Ratings-London-12 December 2014: Fitch Ratings has downgraded France's Long-term foreign and local currency Issuer Default Ratings (IDR) to 'AA' from 'AA+'. This resolves the Rating Watch Negative (RWN) placed on France's ratings on 14 October 2014. The Outlooks on France's Long-term ratings are now Stable. The issue ratings on France's unsecured foreign and local currency bonds have also been downgraded to 'AA' from 'AA+' and removed from RWN. At the same time, Fitch has affirmed the Short-term foreign currency IDR at 'F1+' and the Country Ceiling at 'AAA'.

KEY RATING DRIVERS
The downgrade reflects the following factors and their relative weights:

HIGH
When it placed the ratings on RWN in October, Fitch commented that it would likely downgrade the ratings by one notch in the absence of a material improvement in the trajectory of public debt dynamics following the European Commission's (EC) opinion on France's 2015 budget. Since that review, the government has announced additional budget saving measures of EUR3.6bn (0.17% of GDP) for 2015, which will push down next year's official headline fiscal deficit target to 4.1% of GDP from the previous forecast of 4.3%. On its own, this will not be sufficient to significantly change Fitch's projections of France's government debt dynamics.

The 2015 budget involves a significant slippage against prior budget deficit targets. The government now projects the general government budget deficit at 4.4% in 2014 (up from 3.8% in the April Stability Programme with the slippage led by weaker than expected growth and inflation) and 4.1% in 2015 (previously 3.0%), representing no improvement from the 4.1% of GDP achieved in 2013. It has postponed its commitment to meet the headline EU fiscal deficit threshold of at most 3% of GDP from 2015 until 2017.

In the draft 2015 budget, the authorities projected the gross general government debt (GGGD) to GDP ratio to peak higher at 98% and later in 2016 (previously in the Stability programme at 95.6% in 2014 and 2015) and fall more slowly to 97.3% in 2017 (previously 91.9%) and 92.9% in 2019. The projections compare with the 'AA' category median for GGGD of 37%. The only 'AA' range country with a higher debt ratio is Belgium (AA/Negative). Even under the official forecast, the capacity of the public finances to absorb shocks has been significantly reduced. Fitch expects the debt to GDP ratio to peak higher at close to 100% of GDP, with a slower decline to 94.9% of GDP by the end of the decade.

Risks to Fitch's fiscal projections remain on the downside owing to the uncertain outlook for GDP growth and inflation in the near term and the increased uncertainty over the government's ability to deliver on a fiscal consolidation path. Reflecting these concerns, Fitch's medium-term growth forecasts are somewhat weaker and budget deficits wider than official projections.

MEDIUM
The weak outlook for the French economy impairs the prospects for fiscal consolidation and stabilising the public debt ratio. The French economy underperformed Fitch's and the government's expectations in 1H14 as it struggled to find any growth momentum, in common with a number of other eurozone countries. Underlying trends remained weak despite the economy growing more strongly than expected in 3Q, when inventories and public spending provided an uplift. Euro depreciation and lower oil prices will provide some boost to growth in 2015. Fitch's near-term GDP growth projections are unchanged from the October review of 0.4% in 2014 and 0.8% in 2015, down from 0.7% and 1.2% previously. Continued high unemployment at 10.5% is also weighing on economic and fiscal prospects.

The on-going period of weak economic performance, which started from 2012, increases the uncertainty over medium-term growth prospects. The French economy is expected to grow less than the eurozone average this year for the first time in four years. The French government is implementing a programme of structural reforms. However, the quantitative impact of recent structural reforms is uncertain, and in Fitch's view does not appear sufficient to reverse the adverse trends in long-term growth and competitiveness.

The OECD estimates that the impact of economic reforms could take longer to materialise than expected by the authorities. Its October 2014 report on French structural reforms suggests that measures already undertaken could raise GDP by a cumulative 1.2ppt in five years and 3.0pp in ten years. This is equivalent to an annualised impact on growth of 0.2ppt and 0.3pp, respectively. Adding announced measures yet to be implemented, the impact on GDP rises to 1.6ppt over five years and 0.3ppt annually. However, these estimates are highly sensitive to assumptions and there are risks to policy design and implementation of some of the measures. We continue to believe estimates of long-term growth potential around 1.5% are plausible, down from over 2% in the 1980s. This would be consistent with applying the OECD's estimates for the impact of structural reforms on growth to the EC's current estimate of trend growth at 1.2%.

In Fitch's view, the latest deviations from budget targets and EU excessive deficit procedure commitments weaken fiscal credibility. This is the second time the French government has postponed meeting the EU 3% headline deficit threshold since end-2012. This is despite the introduction of a High Council of Public Finances and new fiscal framework in France and the reinforced EU policy framework.

Despite the additional measures, the EC November opinion on 2015 was that France is at risk of non-compliance with the provisions of the Stability and Growth Pact. Furthermore, it states that "the information available so far indicates that France has not taken effective action for 2014". If that is its final view and agreed by the EU Council, and France then fails to take effective action it could potentially incur a fine in the form of a deposit of 0.2% of GDP. The EC will reassess France's position in March 2015 after official data on 2014 budget performance is made available by Eurostat and consider the next steps.

The French High Council of Public Finance's (HCPF) opinion on the government's latest economic forecast was that the lower GDP growth rates projected for 2016-2017 were more realistic than previous forecasts but still reflect an optimistic view of the external environment and domestic investment potential. The HCPF's opinion on the government's fiscal projections in the draft 2015 budget was that there is a risk of deviation from the medium-term objective of lowering the structural deficit from 2.5% of potential GDP in 2013 to 0.4% by 2019.

France's 'AA' IDRs and Stable Outlooks also reflect the following main factors:

Fitch judges financing risk to be low, reflecting an average debt maturity of seven years, low borrowing costs and strong financing flexibility. Government debt is entirely euro-denominated rather than in foreign currency.

The government has stated its intention to continue with structural reforms in 2015, including territorial reform and a law on growth. As stated above, these have the potential to raise trend growth.

France has a wealthy and diversified economy. It has a track record of relative macro-financial stability including low and stable inflation. It also benefits from moderate levels of household debt and a high household savings rate. Political stability and governance is entrenched by strong and effective civil and social institutions.

While the current account balance has generally been on a deteriorating trend for the past 10 years due to France's loss of export market share, at 1.3% of GDP in 2013 the deficit is not excessive. Fitch projects the deficit to stabilise around current levels. However, France's net external debt is significantly higher than most rating peers.

There is low risk from contingent liabilities. In recent years, the financial sector has been cleaning up its balance sheets, strengthening funding, liquidity, capital and leverage. The risks from the eurozone crisis management mechanism including the EFSF and ESM have also eased owing to the actions of the ECB and the on-going gradual economic recovery of the single currency area.

RATING SENSITIVITIES
The main factors that could lead to negative rating action, individually or collectively, are:
- Weaker public finances reducing confidence that public debt will peak in 2017 and be placed on a downward trajectory.
- Deterioration in competitiveness and weaker medium-term growth prospects.

Future developments that could individually or collectively, result in positive rating action include:
- Sustained lower budget deficits, leading to a track record of a decline in the public debt to GDP ratio from its peak.
- A stronger economic recovery of the French economy and greater confidence in medium-term growth prospects particularly if supported by the implementation of effective structural reforms.

KEY ASSUMPTIONS
In its debt sensitivity analysis, Fitch assumes a primary surplus averaging 0.5% of GDP over the next 10 years, trend real GDP growth averaging 1.5%, an average effective interest rate of 2.7% and GDP deflator of 1.5%. On the basis of these assumptions, the debt-to-GDP ratio would peak at 99.4% in 2017, before declining to 87.6% by 2023.

Fitch assumes the eurozone will avoid long-lasting deflation, such as that experienced by Japan from the 1990s. Fitch also assumes the gradual progress in deepening fiscal and financial integration at the eurozone level will continue; key macroeconomic imbalances within the currency union will be slowly unwound; and eurozone governments will tighten fiscal policy over the medium term.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 23 Novembre 2014

Bienheureux les militants du candidat Sarkozy qui ont sifflé Alain Juppé !

En quelques minutes, ils ont ouvert les yeux de tous sur l'idée de rassemblement, de parti ouvert et de vie politique apaisée...

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2014

Les créateurs de l'instabilité fiscale permanente créent un dispositif liberticide de contrôle fiscal. Le journal L'Opinion publiait hier un article sur la censure par le Conseil Constitutionnel d'articles de loi qui "organisent" le contrôle fiscal des entreprises avec un soin et un détail incroyables. Le titre de l'article résume la situation : "le harcélement fiscal se porte bien, merci". Outre les dispositions déjà offertes au fisc, certains articles de "contrainte"  ont été validées : le fraudeur présumé est l'égal d'un terroriste présumé. On y trouve aussi les écoutes téléphoniques. Mais le juge constitutionnel a censuré "la garde à vue de 96 heures avec report de la présence de l'avocat à la 48ème heure" !

Le Conseil Constitutionnel conteste le fait que le redressement fiscal devienne une composante budgétaire. Ce qui est le bon sens. Mais pas pour tous. Surtout que les exemples de contrôles limites se multiplient.

Ce tissu législatif mis en place par la majorité PS est le fruit d'une incroyable accumulation de dispositions hystériques contre les chefs d'entreprises, forcément fraudeurs. Et comme toujours, il n'y a aucune distinction entre les grandes et petites entreprises.

Au passage, des députés PS, dont Karine Berger et Henri Emmanuelli, critiquent vertement le rôle du Conseil Constitutionnel qui a osé censuré, un peu, le "travail" du législateur de gauche : nous sommes majoritaires, nous pouvons tout faire, donc nous reviendrons sur ces points !

Tiens, la critique des institutions est permise là...

 

Ne pas donner tort à aucun des courants du PS est devenu la ligne directrice de ce gouvernement et du Président de la République, cela se traduit, depuis juin 2012, par une mesure, puis une contre-mesure sur le plan économique.


Maintenant si vous voulez créer une entreprise, embauchez d'abord des comptables, des  fiscalistes, des notaires, des avocats et une dizaine de contrôleurs internes...après , le monde est devant vous ;)

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2013

Comme le précise L'Est Républicain d'aujourd'hui, tous les éléments sur les rémunérations et avantages des dirigeants du groupe Peugeot ont été publiés dans les documents de la société. Et parce qu'il est coté en bourse, ces documents sont accessibles au public.

Alors que le Gouvernement socialiste (Ayrault, Montebourg, Moscovici) a négocié le plan de restructuration du groupe automobile et a apporté une garantie (de l'Etat*) pour la Banque PSA, une question simple se pose aujourd'hui : était-il au courant de ces  avantages "scandaleux" qui sont maintenant dénoncés à haute voix par les mêmes Ministres et même par le Président de la République ?

La réponse est tout aussi simple : oui = hypocrisie totale de ce gouvernement, non = incompétence et incurie dans l'étude du plan de redressement de la part du gouvernement qui n'a pas regardé ces éléments au moment des négociations.


Ma Grand-Mère ose redire que GECI (Skylander) était coté en bourse...et que la majorité PS-EELV-FdG du Conseil Régional de Lorraine a votée des "avances remboursables" à l'entreprise...quand le PDG s'octroyait des rémunérations et des primes plus que sympathiques....et depuis....

Alors oui, ça se passe comme ça avec le PS, grand moralisateur !

 


* pour plusieurs Milliards d'euros

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 6 Novembre 2013

Comme l'écotaxe n'existe pas, elle ne peut pas être la cause des énormes difficultés de la Bretagne. Pourtant le gouvernement a "suspendu" ce système inopérant, en déclarant plusieurs reprises qu'il n'y avait plus aucune raison de manifester.

Ce dossier économique et social a d'abord été suivi par la Ministre de la Fonction Publique dans une logique aussi étrange que basiquement politique, une ministre de la République redevenant élue locale.

L'effondrement d'un secteur économique entier dans une même région a été ainsi traité.

Devant la fronde, le gouvernement avance une solution qu'il appelle "Pacte" : il devrait comme par miracle donner la réponse à tous les problèmes de la Bretagne. Là encore, les mots qui l'accompagnent sont : plus de raison de manifester.

Cette idée de pacte a un côté vintage années 70 : quand la conjoncture faiblissait, la machine économique était dopée à la dépense publique et cela se traduisait surtout par des constructions de routes. Le pacte, de même nature, peut apporter un peu d'air. Sauf que cette injonction se fait aujourd'hui par augmentation de l'endettement public (Etat et collectivités locales).

Les entreprises bretonnes ne sont pas victimes de la Chine. Elles ont un problème de compétitivité et de niveau de valeur ajoutée, comme tant d'entreprises françaises. La conjoncture dégradée, les trésoreries tendues et l'absence de flexibilité (renforcée par la suppression du système des heures supplémentaires) ont eu raison de ces entreprises.

Aucune réponse n'est pas apportée à ce problème. Les entreprises vont fermer sans que la question soit même posée.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 23 Août 2013

Quelle mouche a piqué le député PS Mandon pour le conduire à réclamer un débat sur l'impact de la suppression des heures supplémentaires par sa propre majorité ? Ma Grand-Mère pense que c'est la même qui vient de piquer le rapporteur PS du budget, le député Eckert, de Meurthe-et-Moselle. Cet ex-admirateur de Jérôme Cahuzac a un style (presque amusant) de dire les choses sans pincettes.

Ce pauvre député Mandon a sans doute subi quelques retours sur les heures sup' chez lui (ou à la plage) pour oser vouloir mettre sur le tapis l'impact de cette mesure contestée dès son origine. Ce malheureux s'est pris par son collègue rapporteur du Budget un sec "ferme-la" sous la forme d'un post plutôt réchauffé et surtout pas convainquant sur le sujet. Le PS est une douce famille...comme on le voit aussi dans les récents échanges si policés entre les maires socialistes de Vandoeuvre et de Tombaine...;)

Le député Eckert ressort les arguments de la campagne de 2012. Il aurait sans doute été plus crédible s'il avait cité un exemple d'économie budgétaire structurante faite par sa majorité depuis 16 mois alors que les dépenses structurelles continuent.

Le député Eckert dont la majorité a inventé le Crédit Impôts Compétitivité, usine à gaz qui va aboutir en janvier 2014 à la hausse de la TVA, a le nez dans le guidon, il écrit aujourd'hui un post qu'un technocrate de Bruxelles ou un bureaucrate du FMI aurait pu signer !

Le rapporteur du budget pense-t-il que les décisions prises par le PS vont dans le bon sens ? Paralysie des agents économiques, chômage, explosion des liquidations de petites entreprises et de petits  commerces, déficit de l'Etat et dette publique à la dérive, forte baisse des investissements étrangers en France,...

Le comportement politique du député Eckert dans cette affaire est surtout une démonstration de la crispation de ce pouvoir PS : pas de débat quand ça dérange et occupation continue des "ondes" à des fins de propagande.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 11 Mai 2013

Tous les jours, ma Grand-Mère se pose la question.

Et tous les jours, la conclusion est la même.

Oui, ça ne tourne pas rond.

A tel point, que les opposants sont aussi nombreux out que in.

L'argumentation de François Bayrou entre les deux tours apparaît totalement à contre-pied aujourd'hui.

Y compris et surtout sur le côté "morale politique"...Cf. les nominations politiques...

 

Mais un élément apparaît comme un vrai contre-pied.

La baisse des taux d'intérêt des emprunts d'Etat assure le financement (et le refinancement) de la dette publique dans des conditions...fantastiques.

Plusieurs arguments ont été avancés pour expliquer "ce paradoxe".

Le Gouvernement s'ose à mettre en avant sa gestion...ben voyons !

Comme dit ma grand-Mère, même Christian Eckert, rapporteur PS du budget à l'AN, n'arrive pas à définir la politique de son gouvernement PS...alors que peut imaginer un investisseur de Singapour ou de Kuala Lumpur de la présidence "normale" ?

L'argument, classique, est de souligner que les taux d'intérêt actuels sont la conjonction des taux directeurs de la Banque Centrale Européenne très bas et des anticipations très négatives sur l'économie européenne de la part des investisseurs obligataires.

Un autre argument joue à plein aussi pour la France : les situations espagnole et italienne qui poussent les investisseurs internationnaux à sécuriser leurs placements vers les emprunts allemands...et à diversifier leurs actifs sur les emprunts français.

Alors que peut-on imaginer pour la suite ?

Les "bons" taux d'intérêt d'aujourd'hui sont clairement liés à la situation étrangère.

Sans polémique...un jour, ces taux d'intérêts si plaisants le seront moins, voire beaucoup moins...

Le risque est fort qu'une reprise de l'économie en France (2015 ou plus tard ?) soit trop faible sur le plan des recettes fiscales pour compenser la hausse des charges de la dette publique.

Un an sans cap, sans réformes de structures, mais avec un choc fiscal destructeur, en augmentant même certaines dépenses publiques et en alimentant des polémiques fortes de division...

Alors que les marchés financiers sont si cléments...

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 10 Mars 2013

Si l'on oublie les excès hebdomadaires des Montebourg et Mélenchon (allié présidentiel) ou la "crise Depardieu", on peut dire que cela commence par la petite blague présidentielle sur le départ du Pape. Suivi d'une autre sur son prédécesseur au Salon de l'Agriculture.

Il y a eu l'annonce par le Ministre des Anciens Combattants, Kader Arif, de la fausse libération des otages français au Mali. Tiens, ma Grand-Mère a remarqué que son Ministère avait contacté "les Etats-Unis" pour commémorer le centenaire du début de la Guerre 14-18...

Il y a eu le tweet cathophobe d'un député PS (qui l'a retiré en sortant un argument totalement alambiqué).

Et il y a eu les louanges publiques du Ministre Vincent Lurel sur la vie et l'oeuvre de Hugo Chavez, ami des régimes cubain et iranien...A mettre en paralèlle avec les attaques ciblées du Ministre Montebourg contre Angela Merkel...

Enfin, la loi d'amnistie CGT- Goodyear, terreau de violences présentes et futures, loi fondée sur une idéologie dangereuse et anti-démocratique.

Aux mensonges de la campagne de F. Hollande, puis aux mensonges continués comme président (emploi, déficit) s'ajoute une incapacité à agir sur le désastre économique et social, en dépit d'une clémence sur le front des marchés financiers (qualité historique de la signature de la France...).

Le seul "Ministère" qui semble fonctionner sous la présidence PS est celui des excès, des insultes et des couardises.

En Lorraine, le socialiste JP Masseret peut vouloir chercher à être le candidat à la fois de la majorité et de l'opposition aux prochaines élections régionales, son parti et ses alliés, qui ont tous les pouvoirs, montrent jour après jour non seulement leur impuissance face à la situation qui n'est plus maîtrisée, mais aussi un spectacle politique néfaste, terreau de populismes encore plus stupides et plus dangereux.


Ma grand-Mère se demande où sont passés ceux qui tiraient à boulets rouges au moindre écart sur une certaine Nadine Morano ?

Pas un mot sur le tweet du Député Bays, etc.,etc.....


 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 22 Février 2013

Comme dit souvent ma Grand-Mère, le mot "scandale" fait curieusement rire en France depuis un certain Georges Marchais, pourtant chef du Parti Communiste Français aux temps soviétiques.

Donc, inutile de songer à l'évoquer.

Les nominations actuelles dans tous les organismes publics se déroulent avec les mêmes marques de fabrique : carte du PS ou Promotion Voltaire. Le Parti Socialiste détient - comme chacun sait - le contrôle de tous les échelons du pouvoir en France, il est partout. Et pourtant, l'envahissement continue dans la sphère publique.

La nomination de Ségolène ROYAL comme Vice-Présidente et (en plus) Porte-Parole de la Banque Publique d'Investissement est symbolique de cette situation. On attend d'ailleurs toujours les réactions autrefois si aiguisées des bonnes âmes sur ce flot de nouvelles...

Porte-Parole d'une Banque Publique, rire d'abord, mais quand on place la communication politique à côté d'un organisme public, des questions arrivent rapidement. Cette Banque va-t-elle faire du crédit ou de la politique ?

Ensuite, à quel titre, Ségolène ROYAL est-elle Vice-Présidente d'un Conseil d'Administration d'une banque ? Réprésente-t-elle un actionnaire ? Non, les seuls actionnaires sont l'Etat et la CDC.

L'Etat a suffisamment de spécialistes des finances (Cf Oséo, France Trésor) pour désigner des administrateurs compétents.

Et la CDC est - par statut - sous le contrôle du Parlement, dont Madame ROYAL ne fait pas partie.

De plus, par un faux hasard vraiment politique, il existera un "Conseil d'Orientation" pour "représenter" les Régions...où l'on retrouve une bonne partie de la Rue Solférino...tiens la Lorraine n'y est pas....

Ségolène ROYAL a utilisé la carte HEULIEZ pour dé-montrer son volontarisme. La Tribune (voir son site) montre la fragilité des placements spectacles de la Présidente de la région Poitou-Charente et la perfusion publique qui assure la continuité de l'activité.

Le Gouvernement PS a donc décidé de faire de la sphère publique une aire de jeu du parti au pouvoir.

La BPI dispose de fonds très limités qui confortent aussi l'idée de son inutilité par rapport aux structures qui existaient déjà (Oséo et le FSI). Elle devra par volonté gouvernementale aller partout, et surtout pouvoir dire non sur des critères financiers aux élus PS...on imagine les débats ...première faiblesse qui risque de coûter cher aux contribuables.

Deuxième faiblesse pour le Pays : le côté Fonds d'investissements stratégiques va disparaître à la fois par dilution et par besoins financiers (il sera si facile de vendre des actions d'entreprises cotées pour trouver du "cash").

Troisième faiblesse : cette vision locale voulue par le gouvernement pour des raisons politiques...au lieu d'avoir une action nationale de renforcement des groupes français face à la concurrence.

Dans ce domaine comme dans celui de la politique fiscale ou dans celui du "redressement économique", le Gouvernement socialiste s'engage non dans le sens de l'Etat, mais dans celui de ses intérêts propres.

Reste donc à affirmer aux élus socialistes : vous avez tous les pouvoirs, que faites-vous vraiment face à cette dégradation économique rapide et violente ?

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0