Publié le 26 Mai 2012

Un petit article en France-Monde ce samedi dans L'Est a capté l'intérêt de ma Grand-Mère...: "Dette - La France profite d'un bon climat - Des taux d'emprunts historiquement bas". Article de circonstance bien sûr....avec quelques hics cependant.


Oui, les taux d'emprunts de l'Allemagne, des Pays-Bas, de l'Autriche, de la Finlande et de la France sont à la baisse ces derniers jours.

Oui, il y a bien sûr une "fuite vers la qualité" qui entraîne les taux allemands à des niveaux quasi-nuls sur les durées d'emprunts jusqu'à 5 ans. Ce qui "aide" les emprunts français - très liquides - à bien se placer.


Mais ce petit article donne une si gentille explication politique qu'il en perd en crédibilité...aux yeux de ma Grand-Mère.


1- Peut-on affirmer que "l'orientation" du nouveau gouvernement de gauche (quinze jours chrono) rassure les marchés, alors qu'aucune décision budgétaire ne peut être prise avant les Législatives  ?

2- Moody's confirme sa note (avec un gros bémol de surveillance) : qui avaient hurlé avec les loups de Standard & Poor's il y aquelques mois ?...ceux qui sont aux commandes aujourd'hui ! Mais si Moody's ne change pas sa note, c'est parce que l'"héritage" est jugé correct.

3- il y a du bizarre, bizarre dans cette situation quand même !

Oui, si, dixit L'Est (et d'autres) le Gouvernement de gauche ne fait pas peur aux "méchants" marchés financiers, c'est pour une raison, qui est po-li-ti-que !

Dire que "les marchés" sont rassurés par le Gouvernement de gauche ou dire que le Gouvernement de gauche rassure "les marchés", ce n'est pas exactement la même chose.

Quelle est la conviction des marchés (sans doute confortée par des propos off du Gouvernement de gauche) ?

C'est que rien ne sera fait, oui les promesses ne seront pas tenues, parce qu'elles ne sont pas tenables sur le plan budgétaire. A moins que le Gouvernement de gauche ne se réserve pour un peu plus tard...mais là warning énorme !

De toute façon, c'est une vraie question à poser aux candidats du nouveau Gouvernement de gauche qui usent et abusent d'une propagande économique tronquée !


Ce qui n'est pas dit dans l'article, c'est que cette baisse des taux a bel et bien un lien avec le ralentissement de l'économie plongée dans les incertitudes grecque et espagnole.

Et sur ce plan, la tactique du Président Hollande de montrer aux électeurs français la méchante Allemagne et de faire durer la crise espagnole est un très gros risque qu'il fait prendre à l'économie nationale.

Il est frappant de penser que la crise espagnole dure depuis que dure le début de la campagne présidentielle française.

Sans faire de Sarkoznostalgie ;), cela aurait nécessité une réponse immédiate.

Pourquoi attendre les élections grecques pour répondre au cas espagnol ?

Parce que cela peut faire gagner au PS des sièges en plus ? Sans doute.

Le faux débat sur la croissance et que la fausse question des Eurobonds font perdre du temps à l'économie qui a besoin de confiance.

Et pire, cela conduit au final à associer le problème grec à l'Espagne -et à l'Italie.

On risque de revenir six mois en arrière...

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 21 Mai 2012

 

 

 

Juste avant le week-end de l'Ascension, la société Geci Aviation a annoncé un possible retard de 3 à 6 mois sur le programme du Skylander.

La possibilité de livraison du fameux avion serait donc à imaginer pour début 2015.

Tiens, c'est curieux le Conseil Régional de Lorraine (Majorité PS-EELV-FdG) est bien discret sur ce nouveau rebondissement.

Nous avions été habitués à une sur-médiatisation de ce projet de la part de l'éxécutif régional qui a consacré plus de 40 Millions d'euros pour aménager la base de Chambley et 22 Millions d'euros en "avances remboursables" à la société privée Geci, "remboursables" sur les ventes futures d'avions...


Pour mes visiteurs de Mata-Utu, il faut ajouter qu'en dépit de ces 60 Millions d'euros dépensés, tout reste à faire ! Oui, il faut trouver encore 200 Millions d'euros pour lancer la phase industrielle. Archimède avait inventé la vis sans fin, les Conseillers régionaux PS-EELV-FdG ont inventé l'amorçage sans fin d'entreprise privée sur fonds publics ou comment jeter par les fenêtres plus de 60 Millions d'euros...sans contrôle, sans étude !



 

 


communiqué de la société :

 

Au cours de l’exercice écoulé, le calendrier du programme Skylander a été recalé avec un

premier vol en septembre 2013,une certification en septembre 2014 et les premières

livraisons dès octobre 2014.

Du fait des retards pris dans la mise en place du financement du programme Skylander,

GECI International n’exclut pas un éventuel glissement du planning du programme de 3 à 6 mois.

Le surcoût potentiellement généré par ce recalage du planning du programme est estimé

par la société à environ 12 millions d’euros.

Concernant le financement du Programme Skylander, les discussions avec l’Etat, des

investisseurs privés, et des industriels, se poursuivent afin de parvenir à sa finalisation.

Pour couvrir pour partie les besoins de trésorerie du programme Skylander tant que les

négociations en cours, destinées à son financement, ne sont pas abouties, le groupe a

récemment signé un accord de financement avec le fonds d’investissement YA GLOBAL

MASTERS SPV LTD.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 13 Mai 2012

 

 

Mais qui paie la tenue du compte Twitter de la région Lorraine qui nous envoie les "pensées présidentielles", souvent prises à la source PS ?

D'où vient l'argent des Aux actes citoyens de Tomblaine que H. Féron, le cool député PS sortant et candidat transforme en manifestation électorale ?

Et où une simple députée PS "inaugure" cette manifestation avec un incroyable  et reprochable statut de "possible Ministre de la Culture non nommée, mais pressentie" ?

Oui, dans ces féodalités modernes, ce sont aussi des additions de communications directes, toujours bien contrôlées politiquement, des subventions aux associations "citoyennes" (grande spécialité du CG 54), des sympathiques manifestations bien encadrées, des gentils artistes engagés et sponsorisés, etc, etc...

Petits ruissaux de propagande efficaces dont la multiplication ici et là se compte en dizaines de millions d'Euros.

Hors comptes de campagne.


Si PS-EELV-FdG gagnent les Législatives de Juin prochain, cette tendance lourde va non seulement continuer, mais cela va peser encore plus pour former une "propagande" pro-gouvernementale jamais vue depuis les années 60.

Il n'y a rien, vraiment rien pour penser le contraire.

Hier comme aujourd'hui ne donnent aucun signe différent de bonnes pratiques pour demain.


Le débat sur la cohabitation -ou non - ne doit-il pas inclure la question de ces "féodalités" politiques ?

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 8 Mai 2012

 

Deux projets du Président élu - le retrait anticipé des troupes françaises d'Afghanistan et le remise en cause du pacte européen de Mars dernier- ont été certes annoncés lors de la campagne électorale. Mais, à peine élu, le futur Président est confronté à une réalité tenue.

La question de la parole donnée par un Etat démocratique ne se pose pas si facilement.

En particulier sur le pacte européen.


Le Monde n'a pas changé le 6 Mai...

Mais il est plus "stressé" par au moins deux événements.

En Argentine, l'expropriation du pétrolier espagnol Repsol de sa part dans la compagnie argentine YPF a créé un choc. Il ne s'agit pas d'une nationalisation, il s'agit d'une dépossession du jour au lendemain sans aucun respect des règles de droit.


Le second est tout frais : la Grèce.

Le résultat des élections en Grèce où les partis, non pas "de l'austérité", mais signataires du pacte, sont en minorité pour former un gouvernement solide.


Le projet de François Hollande (et donc du PS) est devenu du jour au lendemain intenable.

Si la France demande "cette renégociaton", pourquoi pas la Grèce, le Portugal ou l'Irlande ?

Qui ont bénéficié d'une aide financière considérable de l'Europe (donc de nous) et du FMI.

Le Président élu n'a jamais voulu reconnaître le travail accompli par le Président sortant dans ce domaine.

Comment va-t-il se sortir du piège dans lequel il s'est lui-même engouffré... par calcul politicien ? 

La propagande sur "la croissance" sera mise en avant sans limite.

Mais, le premier effet de ce coup de menton hollando-mélanchonesque n'est pas à négliger.

Les interrogations sur la dette française, dette d'un pays qui pourrait remettre en cause la parole donnée, risquent de venir plus tôt que prévu.


Oui, la campagne électorale et les envolées lyriques sont dépassées par la réalité du grand large.

Mais, bon il reste encore la possibilité de ne pas donner en juin prochain tous les pouvoirs au PS-EELV-FdG...

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 1 Mai 2012

 

 

Les candidats "de gauche" du Premier tour et/ ou leurs représentants, des artistes aussi,ont été voir les " Arcelor-Mittal" à Florange.

Messages politiques évidemment orientés avec sympathie, empathie, solidarité.



La solution "miracle" du candidat socialiste, relayée par son représentant, Jean-Marc Ayrault, est d'obliger les grands groupes à trouver un repreneur aux usines rentables.

 

Que signifie  "rentabilité d'une unité industrielle d'un grand groupe" forcément international ?

On devrait entrer dans la "comptabilité analytique" mais on tourne vite le dos (posture politique) pour dire qu'il n'y a pas de problème de rentabilité.

La rentabilité d'une unité industrielle dépend de son activité.

Si l'activité globale est bonne, évidemment pas ou peu de soucis.

Toutes les unités seront utilisées pour faire face aux commandes.

Si les commandes fléchissent, la "comptabilité analytique" revient au galop. Un grand groupe, aujourd'hui plus que hier,  "choisira" l'unité la plus productive pour répondre aux commandes plus réduites.

 

Ce qui est à craindre, c'est que les réponses "de gauche" n'apportent aucune solution réélle.

Elles renvoient au "mythe" de 1981.

"La production d'acier doit atteindre x millions de tonnes", disait JP Chevénement, soutien aujourd'hui de F. Hollande !

On pourrait en rire, mais c'est ce qui s'est passé.

La suite, on la connait.

La demande s'est déplacée vers les grandes zones de croissance.

La question d'aujourd'hui est bel et bien une question d'offre.

Le coût du travail entre la France et l'Allemagne, entre la France et le Royaume-Uni, entre la France et l'Italie est une question vitale pour notre industrie. Et cette question est "accrochée" aux décisions d'investissements, eux-mêmes source d'emplois pour l'avenir.

 

Si rien n'est fait pour diminuer le coût du travail, ce qui passe d'abord par la réduction des dépenses publiques au niveau de l'Etat et des collectivités locales, il n'y aura aucune solution durable pour les usines et pour l'emploi.


L'ambiguïté de Florange est là.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0