Publié le 30 Septembre 2013

GECI INTERNATIONAL vient de mettre en ligne ses comptes annuels arrêtés au 17 juillet 2013. Les chiffres intègrent la liquidation de SkyAircraft, la société de Chambley. Plusieurs informations sont données au fil des 123 pages (voir ci-après des extraits).


Première "surprise": l'évaluation donnée pour "terminer" de boucler le financement du Skylander. MM Masseret et Le Déaut parlaient de 10 à 20 Millions d'Euros pour permettre de réaliser le projet. Dans le Rapport annuel, le chiffre est de 180 Millions d'euros ! Au PS, on a du mal à compter, mais l'écart entre les 2 chiffres explique clairement les réserves des ingénieurs financiers du FSI, décriés, insultés alors par les responsables de la majorité de Gauche du Conseil Régional...


Le remboursement des "avances remboursables" de la Région : aucun provisionnement chez GECI International qui n'a d'ailleurs absolument pas les moyens financiers d'y faire face (ses fonds propres sont négatifs)...


GECI conteste son cautionnement vis-à-vis de la Région...suite à l'analyse des documents par ses conseils juridiques...Une erreur de procédure des services de M Masseret sert même d'argument à la position du groupe GECI !..Sans oublier les frais juridiques à la charge de la Région Lorraine.


Autre indication : les loyers des Bâtiments construits par la Région à Chambley ne sont plus payés depuis longtemps par SkyAircraft. Encore une perte financière pour l'Institution Régionale gérée par le PS. Les "investissements immobiliers" de la Région à Chambley devaient être remboursés par les loyers de SkyAircraft. Ce système s'effondre là aussi. L'aménagement de Chambley, c'est l'autre face de l'aventure ruineuse de MM Masseret, Dinet et Le Déaut qui avaient promis un grandiose pôle aéronautique et même 1300 emplois à la clé.

 

Il est temps maintenant d'avoir les réponses précises et documentées de la Région Lorraine sur le montant des fonds publics perdus dans cette aventure.

 

 

 

 

------extraits du Rapport annuel de GECI INTERNATIONAL------------------------------------------------------

La valorisation des titres de GECI AVIATION, holding du pôle Aviation, dépend directement de la valeur
du programme SKYLANDER développé par la société SKYAIRCRAFT.
Suite à l’abandon du programme, par défaut de bouclage de financement, les titres ont été dépréciés pour
leur valeur totale.

 

Site de Chambley : la filiale SKY AIRCRAFT est établie sur la base aérienne de Chambley (surface de
2 796 m²). Un bail a été conclu pour une période de6 ans. Au 31/03/2012, le montant de
l’engagement était de 1048 K€, avant que le dit bail ne soit résolu comme conséquence de la
Liquidation Judiciaire prononcée contre SKY AIRCRAFT.

La filiale Sky Aircraft, porteuse du projet « Skylander », a été placée à la demande de GECI internati
onal, en redressement judiciaire le 4 octobre 2012, faute d’avoir réussi à réunir un tour de table extérieur à
même d’apporter les 180 M€ nécessaires à la poursuite du programme Skylander et nonobstant les fonds Groupe
et Région Lorraine déjà consacrés au projet ; Redressement Judiciaire transformé le 16 avril 2013 en Liquidation
Judiciaire par le Tribunal de Commerce de Briey.
La société GECI International a ainsi acté la Liquidation Judiciaire de la société SKY AIRCRAFT, en passant
dans ses comptes les écritures équivalentes, la constitution d’une provision sur les titres de participation, et sur
les créances liées à cette filiale (comptes courants et comptes clients).
En conséquence les comptes au 31 mars 2012 enregistrent la dépréciation des titres GECI Aviation (144,7 M€)
et des comptes courants et créances détenus sur les sociétés GECI Aviation (6,2 M€), GECI Aviation Industries
(2,5 M€), Sky Aircraft (37,2 M€), ainsi que Reims Aviation Industries (5,2 M€ - pour cette dernière, la dépréciation
n’a pas de lien direct avec Sky Aircraft).

Litige avec la Région Lorraine
Le groupe GECI International a bénéficié d’avances reçues remboursables sur les ventes futures d’avions
Skylander. Au 31 mars 2012, elles s’élèvent à 21,2 M€, provenant de la Région Lorraine.
La région Lorraine dans le cadre de l’implantation de la société Sky Aircraft et le développement du
programme Skylander a accordé à la société SAS Sky Aircraft des aides : 9,1 M€ au titre de l’implantation en
région Lorraine, remboursable dans le cas où la SAS Sky Aircraft quitterait la région ; 7,1 M€ au titre de
l’industrialisation, remboursable dès la vente du premier avion ; 5 M€ au titre d’une avance de trésorerie en
vue de financer le BFR du projet. Dans le cadre des accords conclus avec le Conseil Régional de Lorraine, des
engagements de remboursement avaient été donnés par GECI International pour ces 3 avances et par GECI
Aviation pour la seule avance de 9,1 M€.
En décembre 2012 et en janvier 2013, le payeur général de Lorraine a appelé en garantie GECI International
pour le remboursement des 3 avances et GECI Aviation pour le remboursement de l’avance de 9,1 M€.
GECI International a décidé, sur conseil de ses avocats, de ne pas passer de provision sur l’exercice 2011/2012
au titre de ces aides, en ce que les conditions de remboursement des deux premières ne sont pas réunies et
en ce que le versement de la dernière aide - « avance de trésorerie en attendant la mise en place des
financements convenus par les partenaires privés et publics » – peut s’analyser comme s’inscrivant dans le
cadre de la participation au capital de GECI Aviation, telle que contractualisée entre le groupe et la Région.
Dans sa décision de ne pas provisionner le risque afférent aux remboursements éventuels des aides de la
région, la société a pris en compte, outre les consultations faites auprès de ses conseils juridiques, la mainlevée
accordée à GECI International par la Région sur les Avis à tiers détenteurs pourtant diligentés par cette
dernière, dès prise de connaissance des assignations lancées par GECI International contre la Région Lorraine,
pour non-respect de ses engagements.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2013

Le Président de la République, revenu à Florange, avait dans sa poche une annonce, une et une seule, histoire de justifier le retour sur "le lieu du crime", comme l'a dit un syndicaliste.

Le déplacement du Président, bien préparé, était cadré au centimètre. Oui, il y avait des sifflets bruyants, mais en rien méchants, ils étaient là, bien installés, comme un rachat des péchés, oui, une rédemption laïque et très télévisuelle...

Oui, cela a "fonctionné", avec une complaisance certaine et avec un public acquis ou poli (la bonne éducation, comme dit ma Grand-Mère, a du bon...). Le rôle du méchant a été très bien tenu par le syndicaliste Edouard Martin. Il avait à nouveau la larme à l'oeil quand, à la sortie, il a évoqué le "centre public de recherches sidérurgiques" du Président.

Oui, c'était L'Annonce du jour.

Une enveloppe de 20 Millions d'Euros sera affectée à ce projet, mais sans indication sur la pérennité du financement de ce centre, ni sur son périmètre. Pour mémoire, Arcelor-Mittal dépense 280 Millions d'USD par an pour la R & D. Le groupe dispose de centres en France, dont celui de Maizières-lès-Metz (500 personnes).

Mais, l'annonce du Président est triplement curieuse sur le fond.

D'abord, avec qui ce centre public va-t-il travailler ? Arcelor-Mittal ? Tata Steel ? d'autres, ailleurs en Europe, dans le Monde ?

Ensuite, pourquoi le Gouvernement qui a maintenu le Crédit d'impôt recherche (déductions partielles des frais de R &D) lance-t-il une recherche publique ?

Enfin, pourquoi à Florange, oui, vraie question politiquement incorrecte ?

Cette annonce est du Montebourg sans Montebourg. Elle est un leurre, et un leurre coûteux. L'Etat, avec la complicité de la Région, fera sans doute déplacer une partie de la recherche universitaire lorraine à Florange. Une décentralisation intra-régionale. Mais effets nuls sur la recherche. Simple dépense de béton, il faudra bien le construire, ce centre !

Alors, pourquoi ne pas renforcer directement la recherche universitaire en lien avec des entreprises lorraines ?

Pourquoi ne pas mettre directement 20 Millions d'euros dans le Fonds Lorrain des Matériaux ?

Pas possible, le contribuable doit payer le prix des promesses électorales du candidat socialiste à la Présidence de la République. Et donc, faire quelque chose, n'importe quelle chose, mais  à Florange.

Après des années d'erreurs, de promesses non tenues, de dépenses inutiles et de coups de gueule tout aussi inutiles, la Présidence Masseret et du PS se termine mal pour la Lorraine. Ce n'est pas cette annonce de Florange, aucunement industrielle, tellement politique, qui apportera le moindre démenti à ce parcours pavé d'échecs.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 18 Septembre 2013

Le texte du "pacte Lorraine" a impressionné ma Grand-Mère !

Si vous avez le temps, essayez de le lire jusqu'au bout !

Cela commence, comme toujours, par le copié-collé de la "présentation de la Lorraine", puis baratin, puis encore baratin et enfin "le coeur" du sujet en vingt lignes, le tout se terminant par les signatures de MM Ayrault et Masseret...

On y parle d'un "mode innovant de gouvernance régionale"...

Comprendre...la Région va sélectionner les projets des entreprises !

Comme chacun a pu le constater il y a peu, le Conseil Régional de Lorraine est un grand spécialiste des investissements industriels et aéronautiques ;)...donc on peut se poser la question de ce que le CR peut apporter comme "analyste" de projets industriels...

L'ingénierie financière sera "un écosystème exemplaire"...oui, cool !

Il est vrai que les poncifs font, dans ce texte, la course aux expressions technocratico-financiaro-obscures.

Au final, les 300 Millions d'euros (mobilisés, sans que l'on sache vraiment comment) auront un effet de levier for-mi-dable !

Puisqu'ils aboutiront (dixit) à 1,5 Mds d'euros d'investissements.

Chiffre sorti par magie. Il illustre, à lui seul, le manque de sérieux de ce "pacte".

Comme d'autres avant, et comme tant de promesses de MM Masseret, Dinet et Le Déaut, ce texte est au final aussi flou que creux.

A force de vouloir politiser le développement économique dans un but électoral, les responsables PS de la Région Lorraine ne font que de l'emballage autour de cette vallée des matériaux. Ce qui marchera grâce aux entreprises sera récupéré par le Parti...dans l'esprit fondateur de la BPI...Il faudra bien cacher les échecs, les retards et les loupés...

Cette gestion brouillonne et partisane de la Région Lorraine est de plus en plus préoccupante.

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0