Publié le 30 Octobre 2011

 

D'emblée, disons franchement que ma Grand-Mère et moi avons trouvé la prestation présidentielle bonne.

Pas d'autres adjectifs pour ne pas troubler plus les sensibilités qui, de jour en jour, sont de plus en plus à fleur de peau...

En un mot, l'élément "technique" était clair. Stop ;)

La "crise de la dette" n'est pas une crise de l'Euro, mais une sorte de changement d'opinion des investisseurs sur la valeur des emprunts de certains pays de la zone Euro (en remarquant qu'il se focalise uniquement sur des pays de cette zone monétaire et que dans le même temps, le change Euro-USD ne bouge quasiment pas...).

Ce changement d'opinion est bien entendu brutal, rapide et obsessionnel de la part des marchés financiers.

La spéculation (dont le raisonnement s'appuie sur la faiblesse institutionnelle de la zone Euro et sur les écarts grandissants de situation entre les pays de cette zone monétaire) se nourrit depuis des mois au régime crétois, donc elle est, elle, en bonne santé...pour tenir.

Face à cela, les gouvernements Euro sont pris dans une spirale de vitesse pour ne pas voir exploser leur monnaie unique, situation dont les conséquences seraient non pas lourdes, mais simplement terribles pour tous.

En dépit des Y'akas, le problème grec est complexe, Nicolas Sarkozy l'a bien expliqué.

Pour la Grèce, comme pour les autres, Italie en tête, le lien emprunts souverains - banques est le coeur de la tempête.

La question de la dépense publique devient essentielle...pour la limiter, et pour arriver à inverser la courbe du stock de dettes.

La fiscalité est devenue la zone de divergence entre les grands candidats de 2012.

Attaque et défense pour François Hollande.

Plus de flou en face.

On pourrait refaire l'histoire en songeant à une Présidence Royal...pour rires jaunes....

Mais de tout cela, il sera sans doute cent fois question dans les prochains mois.

Reste la chinoiserie !

Le candidat du PS a trouvé "un" angle d'attaque...curieux quand même...

Quand on a une méga-dette (comme tant de collectivités locales...), on lanterne auprès des créanciers pour qu'ils souscrivent des emprunts destinés à rembourser ceux qui arrivent à échéance, faute de quoi...on fait défaut...et là, plus un centime pour payer les traitements de la fonction publique et autres dépenses...

Les socialistes ont-ils oublié qu'en 1982-83, après les cigales de 1981, ils avaient été négocié un prêt auprès des Saoudiens.

Aujourd'hui, les obligations d'Etat sont "ouvertes" à la souscription des investisseurs du monde entier.

Si la Banque de Chine ou celle du Brésil veulent souscrire des obligations du FESF, où est le problème ?

On ne peut pas vouloir plus de dépenses publiques...et chinoiser sur les prêteurs....

Le candidat du Parti Socialiste ferait bien de faire gaffe à ne pas faire peur aux nouveaux banquiers...Madame Bettencourt ne pourra  souscrire que les 2 premières semaines d'émissions d'OAT d'une Présidence Hollande....;)...après ???

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 15 Octobre 2011

Il est revenu !

Oui, JPM est revenu...on l'avait perdu de vue depuis plusieurs mois, depuis les élections gagnées !

L'annonce présidentielle télévisuelle de la création d'un EPIC gérant l'aéroport régional a été très impressionnante.

Oui, au sol, on a un pilote...;)

Argument central : (avec larmes à l'oeil) cet aéroport est un bien commun de tous les Lorrains.

C'était beau, émouvant...

Et puis après, du Masseret normal, "on va discuter avec les acteurs locaux, les CCI, etc...".

Les bras m'en tombent.

Le Conseil Régional de Lorraine fait un chèque pour les fins de mois aéroportuaires depuis des années.

Mais, maintenant, c'est sûr, ça va décoller...avec les mêmes acteurs !

Le Président de la Région prendrait-il les Lorrains pour des billes ?

Pourquoi n'y-a-t-il pas eu sur ce dossier une vraie réponse à un vieux problème ?

Est-ce la compétence de la Région de gérer un aéroport (après des années d'insuccès) ?

Je sais, on me dira que la Région veut même construire des avions...

Et puis, y'a une autre synergie...ben oui, y'avait déjà des Ballons.....

 

La gestion politique de ce dossier important montre là une absence de pragmatisme.Si demain, on continue à faire, comme hier, quel miracle changera tout cela ?

La création d'un EPIC pour exploiter cet aéroport est une erreur technique, économique et financière. Le "pseudo-volontarisme" qui sert de ressort à la politique du Conseil Régional socialiste est un simple affichage. Face à une situation de concurrence (la mondialisation...), la régionalisation est un exemple de...démondialisation appliquée...Alors, à la caisse, citoyens !

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2011

Pas vraiment palpitant ce débat des 2 survivants.

Même si David Pujadas a parfois joué au Denis Brogniart des conseils de Koh-Lanta.

Mais, on a compris deux choses.

La première.

L'un sait sourire (pâte molle), l'autre (pâte dure) sourit quand elle se brûle, expression de ma Grand-Mère non traductible.

La seconde.

Il n'est pas impossible de se retrouver avec un simple plateau de fromages à la fin.

Sérieux...;)

Vraiment pas convaincu par le discours économique, et encore moins par le tout fiscal des  2 candidats PS !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2011

 

Le Général de Gaulle avait raison !

Un pays qui produit 365 types de fromages est difficilement gouvernable.

Désormais, il faudra distinguer les pâtes molles et les pâtes dures.


Il faut bien reconnaître que, sous cet angle, cette histoire frise le comique gaulois.

Pourtant, l'anathème de mollesse a un fond bien différent.

C'est une vieille tradition que l'on trouve dans les branches les plus sectaires de certains partis politiques.

Oui, c'est ainsi que l'on qualifie les adversaires qui seraient tentés par l'idée de compromis, de consensus.

Parce que l'opinion de l'autre, du mou, qui ne rentre pas dans la boîte hermétique du dur, n'a aucune valeur ?

Parce que l'idée du consensus est un scandale ?

Ben, comme dit Ma Grand-Mère, en Meurthe-et-Moselle, on n'a pas de bol...on a peu de pâtes molles, semble-t-il, au PS 54 !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 8 Octobre 2011

 

Le PS 54, avec le duo Dinet-Klein, ce n'est pas un scoop, soutient la candidature de Martine Aubry.

Oui, Martine Aubry, comme Laurent Fabius, mais pas François Hollande, ni Manuel Vals...

Souvent ici, il a été question de la gestion très politique du Conseil Général PS de M & M, des embauches à répétition au staff de Blandan, de la politisation de l'administration, et de la dette départementale qui monte au fur et à mesure des années de grosses acquisitions immobilières et foncières...Nos taxes d'habitation en sont bien marquées....

De ce soutien des dirigeants du CG54, rien à redire, c'est un choix ancien (bravo la constance, c'est rare en politique).

Mais, c'est aussi le choix d'un socialisme pas mal dépassé par les événements économiques.

Lorsque Martine Aubry déclare (slogan répété d'ailleurs) qu'"Obama a mis les Banques au pas", on se demande où elle a cherché cela... Les Banques US sont aidées par une Réserve Fédérale qui utilise à fond la planche à billets pour elles et pour acheter des centaines de Milliards de USD d'actifs à Wall Street. Et Obama n'a pas changé d'un iota le plan légué par l'Administration Républicaine.

Martine Aubry ajoute, comme Ségolène Royal, qu'il faut "mettre les Banques au pas".

Quelles Banques ? Françaises ou Américaines ou Anglaises ?

On fait comment pour mettre au pas des entreprises non françaises ?

Et pourquoi ?

Les banques de la Zone Euro sont "attaquées" parce qu'elles ont des tonnes d'emprunts des Etats européens, qui leur servent de garantie pour leur refinancement auprès de la Banque Centrale Européenne....Emprunts qui permettent de boucler les fins de mois de la République Française...Où est la spéculation sur ce point ?

Martine Aubry donne une image dépassée d'un socialisme perdu dans cette crise longue et complexe.

Ses soutiens lorrains peuvent faire la grosse voix, ma Grand-Mère n'oublie pas qu'ils ont voté Non quand il fallait faire plus d'Europe. Ce Non se paie cher aujourd'hui...comme les refus ou les blocages de toutes les réformes structurelles de l'Etat.

Sans doute faut-il mettre en parallèle cette posture lourdement conservatrice  (qui règne maintenant au Sénat...) et le  discours constant et clairvoyant de...François Bayrou sur la situation du pays...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #GRAND NANCY POLITIQUE

Repost 0