Publié le 28 Juin 2015

Le Président de la République utilise l'optimisme comme mode de gouvernement à défaut de résultats.

Mais que va penser l'opinion publique française de la tournure du dossier grec et, avec, de l'avenir de l'Union Européenne ?

La crise grecque devait être bouclée lundi soir dixit le Président dans une déclaration le lundi matin. Hier samedi coup de théâtre grec : l'annonce d'un référendum par le gouvernement populiste grec qui stoppe les discussions avec les créanciers et qui passe au-dessus de la date des échéances à régler par la Grèce, prenant le risque d'un défaut de paiement et d'une crise bancaire majeure dans son propre pays.

Mais qui peut dire ce que le gouvernement français défend comme ligne politique et économique pour la France dans ce qui est devenu une vrai crise ? Mise à part la vague et vide idée de compromis, qui colle à la peau de ce gouvernement, gestionnaire historique de synthèses PS, quelle est la ligne directrice, quelles sont les solutions avancées par la France ?

Force est de constater que le pouvoir a minimisé le problème de la Grèce, les seules déclarations étaient des commentaires anticipés sur une résolution imaginaire (et justement avant les débats au sein de l'UE) de cette crise.

Ce pouvoir, si bavard d'habitude et si bien relayé par les grands médias, a zappé le sujet. Il laisse maintenant sur un débat public jamais lancé le champ libre aux populistes dans le pays.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Repost 0

Publié le 14 Juin 2015

La Gazette Drouot de cette semaine (numéro 23 du vendredi 12 juin 2015) page 130 : une pub d'une demi-page pour annoncer la vente par appel d'offres le 8 juillet d'un "mobilier d'amphithéâtre étudié et réalisé par les ateliers Jean Prouvé". en précisant que le mobilier d'origine est "intégralement démonté". Le tout est illustré par deux photos.

Le propriétaire vendeur n'est autre que l'Institut national du Sport, donc le Ministère du Sport.

Jean Prouvé a une cote terrible outre-Atlantique comme chacun sait.

Cet ensemble vendu par l'Etat ira-t-il compléter quelque musée américain* ou sera -t -il "scindé" par quelque galerie privée au profit de deux ou trois collectionneurs étrangers ?

Comme dit ma Grand-Mère, soit cette vente ne procure que quelques euros, soit elle se réalise à un beau compte. Les paris sont ouverts. Dans le premier cas, à quoi bon**...dans le second cas, braderie culturelle ici, valorisation là-bas...Qu'en dit la Ministre de la Culture ? Ah pardon, elle n'est peut-être pas au courant....

Il n'empêche que l'Etat, si dépensier, s'est donc lui-même autorisé à mettre en vente un ensemble mobilier très recherché par des collectionneurs surtout étrangers...après avoir bloqué la vente hors de France d'objets d'Art d'Haroué appartenant à une propriétaire privée...

Ce n'est pas seulement une question culturelle, c'est aussi l'illustration d'un pouvoir fort peu transparent et si souvent défaillant.

Haroué pose la question du patrimoine privé en France. Hors de l'Etat, point de salut en France, et avec l'Etat, pas de politique culturelle de long terme, la faute à un déficit public abyssal.

A quand un Conservatoire du Patrimoine sur le modèle du Conservatoire du Littoral créé sous VGE ?

*Rappelons que le Musée des Beaux-Arts de Nancy dispose d'un espace d'oeuvres de Jean Prouvé, montrant "symboliquement" l'apport de cet architecte nancéien au design moderne...opération muséale validée par le Ministère de la Culture il y a quelques années.

** Et dans ce cas, pourquoi ne pas déposer (gratuitement) une partie de cet amphithéâtre Jean Prouvé au nouveau Centre des Congrès Prouvé de Nancy ?

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Repost 0