Publié le 24 Novembre 2014

La communication politique est l'art du leurre. Florange en est un exemple.Le Président de la République a affirmé que Florange est un exemple de "réussite de conversion". Mais le Centre public de recherches n'existe toujours pas. METAFENSCH (le nom de ce centre) est un groupement d'intérêt sans capital et d'une durée de vie de 12 ans.

Les 20 Millions d'€ promis par le pouvoir représentent donc 1,66 Millions d'€ par an. Le site web (il existe lui...) précise que le Directeur est en cours de recrutement. Son salaire annuel brut devrait être compris entre 90 et 120 000 € (hors charges patronales). Mettons que les ingénieurs de ce centre aient le même salaire. Ce grand Centre public de recherches ne pourrait embaucher qu'une dizaine de chercheurs.

Mais le problème, c'est qu'il y aura plus un centime pour faire de la recherche !

D'où viendra l'argent indispensable ?

Aucune indication !

Et cerise sur ce gâteau artificiel, les 20 Millions d'€ annoncés par le Président proviennent... des "investissements d'avenir", héritage des gouvernements antérieurs.

Aurélie Filippetti, devenue très critique ces dernières semaines, a beau jeu de faire ses simagrées politiciennes pour son avenir. Elle, son Président et son syndicaliste n'ont fait que de la com' pour rattraper un énième mensonge. Le financement n'est pas toujours pas là...comme le Centre.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 23 Novembre 2014

Bienheureux les militants du candidat Sarkozy qui ont sifflé Alain Juppé !

En quelques minutes, ils ont ouvert les yeux de tous sur l'idée de rassemblement, de parti ouvert et de vie politique apaisée...

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2014

Nancy n'échappe pas à la rudesse des primaires des partis de l'opposition républicaine. Ces exercices démocratiques provoquent étrangement une vivacité des esprits de moins en moins humaniste. Les réseaux sociaux en témoignent, la majorité de centre et de droite du conseil municipal de Nancy (liste "Aimer Nancy") est traversée par la méchante fièvre de ces primaires.


Le nouveau maire de Nancy a lancé le signal avec la présidence nationale du parti radical : la bataille, rude, a fait les gros titres de la presse, y compris un papier retentissant dans Le Canard. La victoire in fine du maire de Nancy n'a pas arrêté la contestation de sa challenger qui ne semble pas décolérer sur l'utilisation supposée des fichiers par la direction provisoire, elle-même candidate.

Pour mes visiteurs de Mata-Utu, cette question des fichiers des adhérents à jour, pas à jour, rajoutés non payés, rajoutés par familles, par quartiers entiers, par paiement forfaitaire, par mandat postal, par carte bancaire ou en cash, oui cette question est la clé de tous les conflits dans les partis. 

Mais le petit parti radical n'est pas le seul dans cette galère primaire.

Le grand parti d'opposition républicaine, l'UMP, a battu le record de querelles et de coups-bas comme chacun le sait. Une adjointe au maire de Nancy (mouvance Copé) s'est faite une spécialité du taclage sans dentelle de ses adversaires : une fois, ce député européen de Bourgogne, une autre fois tel autre, et même un ancien premier ministre mis au pilori sur la foi d'un article de journalistes très habitués des lieux du pouvoir socialiste...Ambiance.

L'UDI termine sa primaire nationale. Les deux tours ont agité les rangs locaux aussi. Le deuxième tour a été l'objet d'innombrables vols de noms d'oiseaux contre l'adversaire d'en face.

Enfin, pour finir cette série, le tout petit Modem 54 est en campagne pour sa présidence...départementale (60 adhérents sur le département). Deux des trois conseillers municipaux Modem sont candidats à ce poste de premier plan...Ma Grand-Mère me suggère de ne pas citer les admirables répliques échangées entre ces deux-là ! Lamartine, Hugo, Racine, revenez !

 

Aujourd'hui, ce sont des conflits de personnes limités aux groupes politiques de cette majorité. Mais demain, quand l'horizon 2017 se rapprochera, qui peut vraiment croire que tous ces conflits n'auront pas de répercussion dans la vie municipale ?

Et puis, quels spectacles affligeants offerts aux récupérations pernicieuses des extrêmistes sans scrupules !

 

Et du côté de l'opposition municipale ?

Bien, il faut dire que tous les conseillers municipaux socialistes de Nancy sont dans l'opposition au Président socialiste de la République...Le bonheur d'avoir trouvé un point d'entente : tous frondeurs ! Certains l'étaient depuis un moment, d'autres le sont devenus. Et oui, un socialiste dans l'opposition est toujours plus heureux !

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #GRAND NANCY POLITIQUE

Repost 0

Publié le 11 Novembre 2014

 

Meeting de BLM à Nancy pour les élections UMP.

Le principal soutien en M & M de Bruno Le Maire est le député Lamblin.

Le sénateur Nachbar est là tout comme la députée Anne Grommerch et l'ancien député Claude Gaillard. La députée européenne Nadine Morano, secrétaire de l'UMP, est présente, cool, enrhumée et républicaine.

Absents :  la déléguée Debord et le sénateur Husson.

Mais, à Gentilly, il y a 300 personnes pour écouter et voir l'homme qui ose s'opposer à Yvan Le Terrible pour la présidence de l'UMP.


Meeting sympa et étrange.

Etrange, non, le mot est certainement trop fort.

Mais, quand même, l'arrivée de l'ancien ministre s'accompagne d'applaudissements toniques...qui s'arrêtent aussi rapidement qu'ils étaient venus.

Pourquoi donc ?

Et oui, il n'y a pas de sono galvanisante et assourdissante !

Le bain de foule est un peu british, mais chaleureux.

En fait, Bruno Le Maire, en chair et en os, est observé par tous.

Son discours fluide fait rapidement mouche.

L'ancien ministre est précis sur les sujets.


C'est mieux ainsi la politique.

Sans les contorsions, ni l'hystérie, ni surtout la petite phrase du second couteau tellement alimentaire.

Et surtout sans Bygmalion.

 

Les militants UMP oseront-ils démentir la presse qui a déjà désigné le vainqueur avant le vote ?


 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 8 Novembre 2014

A défaut d'agir sur le présent, et après avoir tant gâché le passé, le Président du Conseil Régional de Lorraine s'avance sur le dossier Vandières. Les qualificatifs ne manqueront pas pour promouvoir "ce projet" de fin de mandat. Avec la complicité politique du Secrétaire d'Etat au Budget de la France, Vandières a une promesse de financement. L'Etat qui n'arrive pas à faire baisser son déficit en dessous de 4,5% (loin des 3% pourtant signés par ce gouvernement) aurait les moyens de payer une deuxième gare TGV en Lorraine.

Les certitudes ferroviaires seront là, appuyées par une opération de communication soutenue, sans aucun doute : indispensable, stratégique, maillon manquant, devenir, avenir, merveilleux, super, ouf,...

La recette est toujours la même : le "projet fédérateur", bonheur des politiques, régal des agences de pub  !

Trois questions :

- que va devenir l'actuelle gare Lorraine TGV que l'on veut supprimer ? Ma Grand-Mère voudrait juste que l'on rappelle son coût avant de parler d'un projet de gare de frêt...le frêt, la grande spécialité de la SNCF...

-  les liaisons TGV depuis la Lorraine fonctionnent-elles bien oui ou non ?

- si Vandières est construite, quelles seront les engagements long terme de la SNCF ?

 

Trois objections :

- La Région Lorraine est-elle vraiment neutre dans cette histoire, elle qui gère l'aéroport de Metz-Nancy...

- la Lorraine n'a-t-elle pas besoin d'améliorer toutes ses liaisons Nord-Sud d'abord ?

- N'existe-t-il pas d'autres solutions en dehors de la SNCF pour améliorer les liaisons depuis la Lorraine ?

Les voies ferrées sont ouvertes à la concurrence : une ligne non SNCF Marseille-Milan s'ouvre bientôt, après celle de Paris-Dijon-Venise.

 

A suivre

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0