Publié le 8 Novembre 2008

Non, la crise n'est pas terminée !
Oui, j'ai fait quelques détours avant de reprendre ce sujet si chaud.
Même ma grand-mère me l'a fait remarquer,
sans parler de Tante Léonie qui trouve ce blog moins drôle...
Ben, oui, Tante Léonie, je prends bonne note...promis...biz of course !

Donc, au boulot !
D'abord, y-a-t-il une crise ou des crises ?
Ben, ça c'est pas nos oignons, comme on dit au NPA ou à la CGT.
Oui, mais, en dehors de ces inventeurs permanents du néo-poujadisme,
c'est tout de même une vraie question.

Dans le flot des infos depuis des mois, la composante financière est essentielle.
Subprimes, Hedge Funds, LBO, faillites de banques, banques et
assureurs au bord du gouffre, sauvetages, dépeçages, etc, etc...

Le crédit a pris une place considérable dans l'économie en vingt ans.
Après le 11 septembre 2001
et la crise TMT (vous vous souvenez ?  folie internet et télécom ),
les banques centrales ont baissé les taux directeurs
(taux de référence pour les banques)
et elles ont déversé des tonnes de milliards de Dollars et d'Euros
pour relancer la machine économique....avec succès
puisque de 2003 à début 2008, la croissance mondiale a été forte,
très forte en Asie, forte aux USA et en Grande Bretagne,
mieux que d'hab chez nous, mais sans casser les stats.
Comme le crédit était bon marché, le financement a explosé...
Mais alors les grandes banques centrales ont remonté les taux d'intérêts...

Mais la croissance est restée vigoureuse, drivée par la demande asiatique.
Les nouvelles vaches sacrées se sont appelées "ma-tiè-res pre-miè-res"...
Les discours experts ont fleuri : bientôt, dans 30 ans, plus de benzine...au secours !
Et les Chinois achetaient, achetaient...
Et les spéculateurs spéculaient, spéculaient....
Les taux d'intérêts montaient, les prix des matières premières montaient...
Le consommateur et emprunteur se retrouvait étranglé, et parfois expulsé.
On retrouve là nos 2 belles voitures....

Mais tout aurait été si simple...;)
Si des différences considérables de politique monétaire n'avaient pas existé
entre les banques centrales qui remontaient leurs taux d'intérêts,
et d'autres,  petites et grandes, mais malines, qui profitaient
de la situation...
La Banque d'Islande croyait avoir trouvé le graal...
Et la Banque du Japon, avec ses taux d'intérêts, à 0.50 % depuis des lustres,
depuis la crise énorme des banques japonaises dans les années 90.
Oui, c'est ça, le dumping par le crédit, une invention
plus machiavélique que Machiavel.
Comme dit ma grand-mère, on a fait des guerres pour moins que cela !
Et, sans évoquer les monnaies, les fortes, les faibles...et les fausses faibles
comme la monnaie chinoise, reine du dumping monétaire et
inconvertible sur le marché des changes, elle...

Alors, pour faire bref.....
Vraiment simple, cette crise financière ?
Surtout... si prévisible ? 
Ce n'est sûrement pas mon opinion.
Et je sais bien que le plus beau job, c'est celui de rétro-prophète,
confortable et glorifiant.
Il y en a plein sur les plateaux télé en ce moment.
Je sais aussi que lorsque l'on écoute une histoire,
ou que l'on regarde un film, on cherche toujours à imaginer la fin...
pour dire : "mais, bien sûr,  je le savais"...
Il y a aussi cet autre raccourci :
alors, on a fait des "cadeaux aux banques" ?
Ben, si rien n'avait été fait, quid de la situation du système bancaire mondial ?
Et si, comme les Japonais,
on avait attendu 10 ans pour régler les problèmes.....
En bon Modem, dont le président a voté le Plan financier au Parlement,
force est de reconnaître que Nicolas Sarkozy a fait son job... sur ce coup-là.
Honni soit qui mal y pense...
Et que le PS a encore raté le coche...en essayant d'attraper la mouche...;)


fin de la 3è partie......

à suivre !







Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 5 Novembre 2008

C'est gagné....les larmes de joie de Korah Abdullah.......




Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 3 Novembre 2008

70 ans, c'est possible.
Possible de travailler jusqu'à 70 ans.
Depuis le vote d'un amendement, dit "amendement Jacquat",
du nom du Député Ump lorrain, Denis Jacquat.

Sans parler du fond, cette proposition semble bel et bien "couaque".
Etait-il bien utile de faire passer ce texte "technique" maintenant ?

En pleine crise de confiance, ce petit texte, l'air de rien,  renvoie simplement
et clairement à tous que le problème des retraites n'est toujours pas réglé.

Bon, "on" a été sympa, on a évité les faillites des banques,
on a protégé votre épargne,
mais, il ne faut pas oublier que les retraites, vos retraites,
elles, on ne pourra pas les payer, etc, etc...

Il faudrait aussi m'expliquer en quoi  notre système de répartition aurait-t-il
été mis en péril par la crise boursière au point de faire passer
cette disposition pseudo-salvatrice en urgence ces jours-ci  ?

En un mot : un grand bravo à l'Ump... pour cette grosse erreur psychologique.

Remarquez aussi qu'un couac peut en cacher un autre...
Quand le gouvernement répète qu'il pourrait
nationaliser les banques, si le crédit ne redémarre pas
(comme si une baguette magique pouvait gommer tout),
que fait-il d'autre que de rajouter de la confusion à la confusion ?
Euh, les banques, elles sont "sauvées" ou non...
que l'Etat veut les nationaliser encore ?
J'y comprends plus rien...

Tu as couaqué, il a couaqué, vous avez couaqué, ils ont couaqué...

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 1 Novembre 2008

Ségolène Royal, en campagne permanente, a bien entendu son mot à dire sur la crise.
Son mot, et sa solutation magique, simple en un mot.
La toujours candidate a sorti de son chapeau une clé sur
la crise bancaire : na-tio-na-li-sa-tion en par-tie.
Avec le remplacement des conseils d'administration, par des conseils citoyens.
Si l'absence de nuance est un vrai problème politique,
la dé-ma-go-gie est un vrai risque.

Si l'on veut "nationaliser en partie les banques",
cela signifie ni plus, ni moins des milliards d'euros
à sortir des caisses de l'Etat.
Vous me direz que "l'on" a déjà sorti des milliards,
mais pour faire des prêts aux banques,
prêts que l'Etat accorde avec un taux d'intérêt supérieur
à ce que lui-même paie.
Alors qu'une prise de participation partielle, donc des actions,
c'est  sans rendement garanti.
Faut-il alors immobiliser des milliards (que l'on n'a pas d'ailleurs) pour faire
un métier risqué, avec de surcroît une influence politique
dont on sait ce qu'elle peut coûter à terme au budget public.

Cf. la gestion du Crédit Lyonnais à la belle époque PS :
vous vous souvenez de la MGM ?
Et puis, chacun peut voir un exemple en life !

Oui, Dexia, groupe bancaire de droit belge.
L'Etat Français, comme l'Etat Belge et Luxembourgeois (et d'autres actionnaires
dont la CDC
) ont souscrit une augmentation de capital de 6.4 Milliards d'euros
pour sauver cet établissement.
L'Etat Français a investi 1 Milliard d'Euros (la CDC, déjà actionnaire, 2 Milliards d'euros).
Les actions nouvelles ont été émises à 9.90 euros.
L'action Dexia vaut aujourd'hui 4.08 euros.
Cool, la moins-value latente de 600 millions d'euros pour l'Etat.

Alors, il faut recommencer ailleurs ?
Oui, s'il a une vraie menace *, mais sinon, cela sert à quoi ?

*La menace a bel et bien existé, il y a quelques semaines.
Cette crise a aussi montré qu'il y avait une différence nette entre le Modem et le PS.
Les socialistes se sont abstenus sur cette question majeure,
y compris sur la création de la société publique de prises de participations,
alors qu'il y avait une vraie urgence économique.
Alors, l'actuelle proposition socialiste de "nationalisation en partie"
du secteur bancaire ?
Un simple biscuit de Reims...à plusieurs dizaines de milliards d'euros...




Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 30 Octobre 2008

Années 1940.
Hans et Sophie Scholl sont frère et soeur et
ils sont tous les deux à 20 ans membres du mouvement de La Rose Blanche,
mouvement allemand de résistance au régime hitlérien.
Ils distribuent des tracts à plusieurs reprises pour interpeller leurs concitoyens.
Crime passible de la mort dans l'Allemagne nazie.
Arrêtés, condamnés, décapités en 1943, ils auraient pu être oubliés.
Leurs lettres et leurs notes ont été rassemblées et publiées en Allemagne.
La version française - traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat - est publiée
maintenant chez Tallandier.
C'est un ensemble de textes qui met en relief les doutes, les questions,
puis l'engagement politique et militant sous un régime de terreur.
Voilà une histoire allemande des années 1940 que,
pour ma part, je ne connaissais pas.
Un livre vraiment exceptionnel, me semble-t-il.
Voilà.



Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #il n'y a pas que la politique...

Repost0

Publié le 28 Octobre 2008

Once upon a time, il y avait deux belles et grandes voitures qui roulaient
sur une grande route intercontinentale.

Longtemps, la voiture du team "Low cost money" était en tête,
entraînant une nuée de voitures grandes, moyennes et petites.
Le bonheur était distribué tous les jours et dans toutes les monnaies.
Mais au printemps dernier, la voiture en argent se fit doubler
par une grosse voiture, en or celle-là.
L'écurie "Oil, Basics, Emergings" avait mis le turbo, emportant tout sur
son chemin pour prendre la tête de la course.
Certains sautaient sur le capot pour faire la course en live,
d'autres la suivaient, d'autres enfin s'étaient laissées dépasser
sans mot dire.
Le Monde presqu'entier suivait cette course avec frénésie, avec passion.

- Euh, Stanley, me demanda ma grand-mère,...si je te suis,
  ce que tu veux dire...la voiture en argent, c'est le crédit tous azimuts ?
  et.... la voiture en or, c'est la croissance, les pays émergents,
  la demande de matières premières,
  et donc la hausse des prix de ces matières de base,
  et donc, l'inflation, etc, etc... ?
- Ben, oui
(ma grand-mère est toujours très in !).
- Donc, tu veux dire, pour aller plus vite, qu'il y a eu une sortie de route,
  et donc, et donc...
- Oh, si tu vas plus vite que la musique, je ne m'en sortirais pas ;)


Ma grand-mère a raison.
La course poursuite entre les deux voitures a fini par faire des dégâts.
Mais y-a-t-il seulement "cette poursuite infernale" comme cause
de la crise de 2008 ?
Et donc (j'ai attrapé le toc de ma grand-mère ) que tout cela était
si facilement...pré-vi-si-ble...?
En fait, oui, mais non.

Oui, parce que ces deux éléments, qui apparaissent
si évidents aujourd'hui, sont bien à l'origine d'une bonne partie
de la situation actuelle.

Non, parce que d'une part il y a des "causes" plus anciennes
et d'autre part, il y a eu des éléments "mixtes", disons, équilibrés
entre les conséquences négatives et positives.
Un exemple sur ce dernier point ?
Ben, relisez ce que certains "prophètes" nous disaient,
il y a quelques mois, sur la hausse des matières premières...
Que du bonheur...à long terme !
Ben zut, le court terme, i s'est cassé les dents sur
le long terme plein de bonheur !

                                                                     à suivre....

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 25 Octobre 2008

Comme dit Tante Léonie à ma (pauvre) grand-mère, l'argent ne fait pas le bonheur,
mais c'est bien d'en avoir un peu.
C'est un peu ce que doivent se dire aujourd'hui les grands et petits "agents économiques".
Mais, revenons à nos moutons...

Il n'est pas certain que les subprimes soient à l'origine de tous les maux
que nous connaissons aujourd'hui.  Ils ne sont pas à effet nul, bien sûr.
Mais "Ils" sont plus certainement un élément parmi d'autres de la perversité
d'un système fondé sur la cupidité.
Je vous vois venir avec vos remarques fléchées :
"Alors, à ton avis,  cette crise est avant tout une crise morale...
Ben voyons, Stanley, t'as pris un boudha tibétain sur la tête ou t'as reçu un
crucifix évangélique dans la poire ?...."
Non, bien sûr, mais cette crise, c'est une crise financière et économique,
donc "hu-mai-ne".... il n'y a pas de deus ex machina derrière tout ça...
Voilà, c'est tout...pour l'instant...faut bien une intro, non ?

Once upon a time, sur une magnifique et immense route intercontinentale,
il y avait deux belles et grandes voitures qui roulaient presque côté-à-côte
depuis des mois et des mois...
Des voitures plus petites avaient parfois du mal à suivre, mais les deux grandes
restaient toujours en ligne de mire.
La première était couleur argent, et sur les côtés, des vahinés superbes rivalisaient
avec des sirènes d'une beauté sans pareil, et partout, la marque Win More and More affichait son nom.
La seconde était couleur or, d'énormes perles en lapis-lazuli étaient accrochées
sur les portes, et le curieux slogan Drink Oil, Eat Steel, Think China était écrit
sur le capot en peinture rouge vermillon.
La voiture Argent  était sponsorisée par le team "Low Cost Money".
Et la voiture Or était supportée par l'écurie "Oil, Basics, Emerging".

C'était l'été 2008...


                                                                                                    à suivre...

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 24 Octobre 2008

Que la députée-maire PS de Niort défende la Camif,
c'est normal, des emplois sont en jeu.

Qu'elle demande à l'Etat d'intervenir financièrement,
à l'instar des "milliards donnés aux banques",
c'est très politicien.

D'abord, parce que le motif est erroné (l'Etat français -comme les
autres Etats européens- prête des capitaux aux banques
à un taux largement supérieur à celui de ses propres emprunts
).

Ensuite, parce que la Camif appartient au monde mutualiste,
et dans la gestion de la Camif, il y a des questions à se poser.
Et de même sur la gouvernance du système mutualiste...

Enfin, côté PS, certains élus, comme le député-maire de Dijon,
par ailleurs administrateur de Dexia Crédit Local de France,
peuvent aussi se poser des questions...parce que les jetons de présence, sympas, ça fait plutôt négliger aujourd'hui en pleine tourmente financière.
Surtout que, pour le coup, Dexia, groupe de droit belge, est le seul groupe
bancaire à avoir été recapitalisé par l'Etat français et la CDC.
Trois milliards d'euros pour compenser une stratégie douteuse et coûteuse.
Le plus criant dans cette affaire, c'est que l'achat de FSA a été réalisé au niveau de Dexia Crédit Local (le métier de FSA est "réhausseur de crédits"
...et c'est l'épicentre des problèmes de Dexia aujourd'hui*).
On aurait pu en passer des commandes à la Camif avec ça !
Monsieur Rebsamen** pourrait peut-être aller du côté de Niort et
en discuter avec Ségolène Royal et ses autres camarades locales...


Alors le modèle idéal ?
Ben pour le prochain congrès du Ps ?
Pas Reims...après encore ;)
Of course !













* "réhausseur de crédit" ? en un mot :
le réhausseur de crédit revend sa
bonne notation
financière à d'autres qui en ont
une moins bonne,
et donc qui peuvent emprunter
sans souci...sauf qu'il s'engage aussi...
on est là au coeur de
la crise bancaire d'aujourd'hui...

** Il n'est pas le seul administrateur.
Mais le Député-Maire de Dijon est bien sûr emblématique...
Cf. le rapport 2007 de Dexia Crédit local sur le site de Dexia.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 24 Octobre 2008

Pourquoi Hervé Morin est-il si discret
alors que "ses" troupes en Afghanistan viennent de subir une attaque d'ampleur ?
Trois cents soldats auraient été concernés par une embuscade des talibans,
il y a quelques jours.
Ce n'est pas rien, même si c'est leur job, comme on dit.
Quand même, ne pas voir l'ombre du ministre de la Défense sur cet événement
est tout simplement étonnant...
Mais peut-être que Nouveau Centre veut dire Abonnement à l'absence ?

Pour sûr, comme dit ma grand-mère, tout cela n'est pas un phénomène isolé
en ce moment.
Le silence (ou la discrétion) est un ingrédient politique
quand la réalité devient plus "délicate"...
Quand les faits ou les événements donnent tord aux convictions soutenues
à voix forte dans d'autres circonstances, pendant des lustres parfois.......
Ben, oui, mais où sont passés les détracteurs de l'Euro ?
Ouou, z'êtes où , revenez nous parler, siou plaît ?

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 24 Octobre 2008

58è semaine de crise (au moins).
Les semaines se succèdent et se ressemblent.
Vous avez aimé la crise bancaire, vous allez adorer la récession...
Cynique, oui, sans doute !
Et pourtant la crise s'installe dans la réalité, dans l'économie réélle,
comme l'on dit.
En fait, elle est déjà dans les têtes, bien ancrée, bien arrosée par les flux
d'une information surabondante et trop souvent confuse.
Il suffit de voir les confusions sur les infos sur les chiffres.
Les milliards de Dollars ou d'Euros peuvent passer rapidement en dizaines
pour monter jusqu'à la centaine, en retomber quelques minutes après,
en centaines.
Facile de dire cela, surtout dans le contexte actuel, oui, c'est vrai.
Mais quand même, le rôle des grands medias est au minimum d'être précis,
sincère et un peu analytique.
Sinon, on aboutit à la confusion, terreau des extrémismes.




Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0