Publié le 18 Novembre 2012

 

 

Les avis d'impôts locaux suscitent une réaction vive cette année dans plusieurs communes (ou communautés de communes) du Département de Meurthe-Et-Moselle. Des effets de seuil non maîtrisés ont entraîné une imposition délirante pour beaucoup de contribuables.

Ils ne le savaient pas, mais depuis Mai dernier, ils font sans aucun doute partie des "riches".

Comme le fait remarquer ma Grand-Mère, hasard (;)), mais les collectivités en cause sont gérées par la majorité présidentielle nouvelle.


Le Conseil Général 54, dirigé par les PS Michel Dinet et Mathieu Klein, fait aussi partie de ces collectivités taxatrices.

Plus 10 % de hausse des impôts locaux d'une année sur l'autre pour la ligne départementale.

Le problème, c'est que cette politique fiscale contraignante, menée par le PS de M & M, dure depuis des années.

Avant, mais c'était avant, il y avait les 245 Millions d'euros que l'Etat devait au département.

Ce trou financier était la raison de cette pression fiscale.

Mais cette dette étatique a été gommée en septembre unilatéralement par la majorité PS du Conseil Général.

Alors pourquoi cette pression continue alors que le Département a abandonné sans condition cette cagnotte incroyable ?

Les recrutements massifs ces dernières années sont un point commun au CG et aux collectivités locales concernées par cette razzia fiscale.

Mais il y a aussi les dépenses de com', les dépenses d'équipements non maîtrisées, etc, etc...

Le résultat de cette politique "de gauche" est l'étouffement financier d'activités économiques dans le Département.

Comme dit ma Grand-mère, Mme Khirouni, MM Dinet, Potier, Klein, Le Déaut, Eckert pourront bientôt s'adonner à une coutume républicaine qu'ils adorent : inaugurer les chrysanthèmes...

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 3 Novembre 2012

 

 

 

La gouvernance du Conseil Régional de Lorraine est devenue une question centrale au moment où notre région a tant de défis à relever.


Le teigneux exécutif régional multiplie les conflits.

Ainsi les conflits récurrents avec le Conseil Economique et Social de Lorraine (CESE), instance sociale ouverte.

Et la dérive continue mois après mois.

Sur le terrain de l'idéologie et du sectarisme.

 

C'est le MEDEF de Lorraine qui le montre à travers une (rare) lettre ouverte*.

Au terme des discussions sur "Lorraine 2020" (organisées par le CR...), l'organisation des chefs d'entreprises de Lorraine met en avant "le mélange des genres" dans le rapport publié par l'exécutif de la Région Lorraine.

Dit autrement, le rapport publié est totalement inspiré par une "pensée" économique d'une gauche archaïque et sectaire.

Passons sur les frais générés pour aboutir à ce rapport inexploitable...

MM Masseret, Dinet, Le Déaut, enfermés dans leur fortin, ne veulent pas dialoguer avec les chefs d'entreprises.

C'est la vraie conclusion de cette nouvelle affaire.


L'exécutif du Conseil régional de Lorraine a démontré année après année son incapacité (amateurisme) à agir pour l'économie régionale.Il y ajoute du sectarisme.

 

 

 

*EXTRAIT DE LA LETTRE OUVERTE DU MEDEF AU PRESIDENT DE LA REGION LORRAINE

 

"Etonnement, car selon vos dires, votre présidence encourage le développement très large de la démocratie participative. Comment comprendre alors que sur un sujet aussi essentiel que le développement économique de notre région, aucun cas n’est fait des propositions, échanges, remarques des représentants des entreprises ?

 

Déception, car nous ne pouvons cautionner le mélange de genres fait entre des idéologies politiques partisanes et les fondements effectifs d’une politique économique et sociale de développement pour notre région. C’est ainsi qu’est fait le procès de l’entreprise classique dans un amalgame qui ignore la diversité des comportements et des motivations de ceux qui en créent et dirigent les composantes.

 

L’économie de marché et les mécanismes qui régulent les offres en réponse aux attentes et besoins exprimés des entreprises et des ménages sont accusés. Le rôle des banques et de leurs mécanismes financiers sont a priori condamnés. Les entreprises sont clouées au pilori et cela n’est pas acceptable! "

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2012

 

 

 

Comme dit souvent ma Grand-Mère, ça ne sert à rien de tourner autour du pot.

Elle a raison.

Depuis des années, le PS Lorrain nous dit que l'Etat (NDLR surtout les gouvernements de droite) est responsable des problèmes de la Lorraine...et que, si la majorité change, tout ira bien.

En l'espace de 5 mois, oui, la situation a changé : la Lorraine s'enfonce dans une crise multiple et non maîtrisée.

Le Président du CESE de Lorraine, Roger Cayzelle, a pleinement raison de pointer du doigt la politique inefficace du Conseil Régional de Lorraine et de son Président, Jean-Pierre Masseret.

Au-delà des graves problèmes sociaux, une vraie question politique se pose aux Lorrains : les élus PS de la Région ont-ils la moindre influence au plan national ?


Tout le monde a en tête les noms de responsables politiques actifs et influents qui ont fait bouger les lignes pour leur région.

Mais là, rien.

Ah si, pardon,il y a le ministère de la parole et des cocktails...pour éviter d'assumer ses propres responsabilités ou pour dénoncer les technocrates ou attaquer encore l'ancien Président de la République...

Mais aujourd'hui, ces attaques sont inutiles et stupides.

Les Lorrains attendent de l'efficacité.


Oui, quelle est l'influence de nos élus de la majorité gouvernementale ?

C'est une vraie question dans une région qui est secouée par un choc de défiance.


- Quelle influence a donc Madame Chaynesse Khirouni ?

Une des 20 députés PS qui a voté contre le traité budgétaire européen, oubliant la notion de compromis et les dossiers lorrains, elle a fait "pas godillot"...tant pis pour nous...

 

-Quelle influence a la Ministre Filippetti ?

Pardon, elle a sauvé les oeuvres d'art de l'ISF et les Sofica...la classe ouvrière apppréciera ces éléments étranges d'une politique fiscale qui prévoit le gel des tranches d'imposition et la diminution du quotient familial.

 

- Quelle influence a donc Monsieur Le Déaut ?

On l'a vu monté au front sur le dossier Skylander...aujourd'hui en redressement judiciaire...


- Quelle influence a donc Monsieur Masseret ?

Roi des dépenses de com' et auteur du désastre de Chambley où la région a dépensé 80 Millions d'euros...qui auraient si utiles ailleurs ?


-Quelle influence ont donc Messieurs Dinet et Klein ?

Ils ont gommé la dette de 245 euros de l'Etat sans contrepartie...et ils augmentent les impôts et les effectifs du Conseil Général de M & M ?

 

Chacun jugera.


Ma Grand-Mère a une grand mémoire...et elle pose juste cette question.

Qu'a fait le Député Roger Souchal lorsqu'il a voulu mettre tout son poids dans la balance pour défendre un projet essentiel pour sa région ?



Oui, hier comme comme aujourd'hui, la Lorraine a besoin de Roger !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2012

 

 

 

 

 

 

Oeuvres d'Art in ou out ?

La Ministre de la Culture Aurélie Filippetti a expliqué qu'il faut maintenir la singularité fiscale des oeuvres d'Art au motif que le marché de l'Art est hyper-concurrentiel, que Paris pourrait se faire avaler par Londres, New-York, Hong-Kong, que l'Art français serait en péril.

En début de semaine, le Député lorrain - et rapporteur du Budget - Christian Eckert avait posé la question de cette niche ISF, dans le cadre d'une fiscalisation tous azimut (ceci sans réduction des dépenses structurelles de l'Etat et des collectivités locales).

La réponse est sortie non de Bercy, mais de la Rue de Valois (après un pneumatique de Matignon).

Imaginez le désastre économique si les maisons Bergé ou Piasa étaient mises en liquidation !

Non, on ne rêve pas...

La Ministre de la Culture est donc montée au front sur cette question fiscale que nous sommes seuls au monde à nous poser.

Mais ma Grand-Mère attend toujours la réaction de la Ministre sur les grèves sauvages de la CGT du Livre qui menacent la presse quotidienne nationale et la liberté d'expression.

Gauche inconséquence.

 

Traité budgétaire versus budget !

Grands moments d'inconséquence de la part de la Députée Chaynesse Khirouni qui vote contre le Traité Budgétaire Européen et qui vote pour le projet de Budget du gouvernement.

Le diable se cache dans les détails ?

Non, une marionnette est guidée par de petits fils.

A suivre....

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 5 Octobre 2012

 

 

 

 

 

 

Il paraît qu'après la mise en redressement judiciaire de SkyAircraft (projet Skylander), le Président du Conseil régional de Lorraine est "en colère", titre du quotidien de Nancy. En colère contre "les bureaucrates" des ministères du gouvernement Ayrault. Pirouette pour ne pas nommer les ministres, comme le souligne Raphaël Vuitton (twitter). Ce  manque de courage est révélateur de l'état d'esprit de JP Masseret et de sa majorité PS-EELV-FdG : ni responsables, ni coupables. La région Lorraine est dirigée par une équipe dépensière et couarde. Après les bureaucrates, c'est l'ami Bitboul qui est accusé (indirectement, mais nettement) d'avoir mal ficelé le projet au début ! Oublier les photos devant la maquette de "l'avion lorrain". Sans oublier les méchantes entreprises aéronautiques françaises...


80 millions d'euros dépensés par la Région sur Chambley, non compris les frais de bouche (le palais de gauche est particulièrement sensible, comme dit ma Grand-Mère).

Pour rien.

Le choix de Chambley, le rêve de pôle aéronautique à Chambley, les avances remboursables à SkyAircraft (pas à Geci...), ce sont bien des décisions du CR et de son Président !


Toute cette fable nulle est à mettre en parallèle avec le cadeau de 245 Millions d'euros que MM Dinet et Klein (PS) ont fait au gouvernement PS en autogommant la créance du Département sur l'Etat.


En l'espace de quelques semaines, le PS lorrain a "offert" une triple séance d'amateurisme financier, de couardise politicienne et de partialité politique. Pour un coût total de 325 Millions d'euros, on est en droit de demander des explications chiffrées.

Surtout quand le Chef de l'Etat s'apprête à renforcer les pouvoirs des féodalités locales, contrôlées massivement par son parti.

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2012

 

 

background :


En mars dernier, le candidat PS à la présidentielle, puis en avril, son "représentant", futur PM, étaient venus à Florange.

Invitée par Edouard Martin, syndicaliste médiatique, la future Ministre de la Culture a fait plusieurs pique-niques sur place pendant la campagne, en clamant à qui voulait l'entendre ce nouveau proverbe:  "qui mange la saucisse blanche soutient Florange".

Sur tout cela, ma Grand-Mère s'était alors fendue d'un post dubitatif : l'ambigüité de Florange.

 


Cette semaine, le couperet est tombé.


Sans ramasser le couteau qui tombe, le Ministre Montebourg et le PS local ont mis en scène une pièce encore plus tortueuse que les deux premières.

En un mot, "tenez bon, nous sommes là".

En une image, le pot de terre va lutter contre le pot de fer Mittal.

Du théâtre, grande spécialité face aux problèmes économiques.

Restons mobilisés, déclare notre fameux Président du CR de Lorraine*.

Pourquoi faire ? s'interroge le journaliste Thierry Labro.

Pas de réponse...

 

Le gouvernement annonce qu'il va chercher un repreneur, que ce repreneur sera aidé par l'Etat et que le gouvernement a une botte magique : un texte de loi à venir, texte adapté au cas de Florange (dixit).

Quel industriel est-il prêt à reprendre des aciéries en Lorraine dans un double contexte de récession en Europe (politiques fiscales...) et de surcapacités ? Des Russes, des Chinois, Tata ? Tiens, quel groupe français serait capable d'investir dans l'acier ?...euh...

Oui, question sur le repreneur.

La négation de la compétitivité perdure, par pure idéologie.

Et pendant ce temps, les problèmes s'accumulent dans la région.

Le désastreux dossier de Chambley, créé par les responsables PS lorrains, est traité comme celui d'une MJC qui cherche une subvention (oui, du théâtre, encore et toujours) sans poser des questions simples : quelle marge peut dégager la production industrielle du Skylander ? Est-ce suffisant pour tenir financièrement ? oui ou non ?

 

La Lorraine ne manque pas d'entrepreneurs. Elle manque d'une vraie politique de développement économique et de soutien à l'équipement des entreprises de la part des collectivités locales presque toutes dirigées par le PS.

Deux exemples d' erreurs de la politique régionale actuelle :

-le fonds lorrain des matériaux, constitué par la région et Arcelor-Mittal : quid de la gestion future, maintenant que la guerre est déclarée ?

-la formation aux métiers aéronautiques au Lycée de Jarny...voulue proche de Chambley...


Et  pendant ce temps, la gabegie continue au CR de Lorraine !

 



*petit rappel historique :

La prise de contrôle d'Arcelor par Mittal (simple rappel) a abouti parce que l'actionnariat d'Arcelor était éclaté. Le Grand-Duché de Luxembourg en était le premier actionnaire avec moins de dix pour cent du capital. Mis à part les salariés, aucun actionnaire français significatif : le gouvernement Jospin (auquel appartenait JP Masseret) avait vendu les dernières actions detenues dans USINOR pour "faciliter" la création du géant Arcelor.

La bataille pour Arcelor est facile en fait pour Mittal. En face, une série de combats sans suite : hurlements xénophobes dans le vent, la tentation russe, puis la capitulation en campagne.

Il faut aussi le dire, la guerre psychologique a bien marché : ben les Mittal, on les connaît déjà, y'a toujours le droit du travail français dans leurs usines lorraines...

Arcelor est donc avalé par un groupe familial Indien, pétri de ratios financiers, qui détient la majorité du capital du nouveau groupe, mettant la main sur un groupe plus solide financièrement que le petit groupe Mittal.

La suite est connue.

Croissance mondiale : ça roule.

Ralentissement : ça ferme temporairement.

Récession : fermeture.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2012

 

Les budgets du Conseil Général de M&M  étaient-ils sincères ?

Sont-ils sincères ?

La question se pose après le cadeau obligatoire de 245 mIllions d'euros des Meurthe-et-Mosellans à l'Etat, cadeau décidé sans discussion par les responsables PS du Département  ?

 

Le website du CG54 était budgétairement sombre jusqu'à ce mois de Mai 2012. Ainsi ces commentaires sur le budget 2011 :

"Pour la seule année 2011, ce sont 91 M€ qui viennent par contrainte diminuer les autres interventions départementales... En 2009, le département disposait d’une autonomie fiscale de 42% sur ses recettes de fonctionnement. Cette autonomie baisse en 2011 à 15%... En d’autres termes, pour financer 1% d’augmentation des dépenses, ce mécanisme oblige les conseils généraux à augmenter de 6 % les impôts". Les embauches, faut-il le préciser, ne stoppent pas dans le même temps.


Puis les "miracles" de Mai et de Juin 2012...qui aboutissent à un abandon de créance par les élus PS de ce Département.

Donc les discours antérieurs étaient faux.

Et donc les hausses des impôts de ces dernières années, sans aucune économie structurelle d'ailleurs (habitude socialiste...), n'étaient pas justifiées.

Puisque cette créance abandonnée est considérée aujourd'hui comme sans conséquence.

Sinon, il ne fallait pas l'abandonner.


Une escroquerie budgétaire a été commise au préjudice des Meurthe-et-Mosellans.

Michel Dinet, Mathieu Klein et les conseillers PS du CG 54 viennent de démontrer leur insincérité politique. 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2012

 

 

En décidant de donner à la Banque Publique d'Investissement une orientation "régionaliste", le Président et son Gouvernement démontrent une absence de convictions et une absence de vision internationale préjudiciables pour l'avenir.

Pour mémoire, la BPI sera (simplement) le résultat de la fusion d'Oséo (financement et garantie de prêts pour les PME, établissement financier qui date, à l'origine, des années 70) et de la partie capital-développement PME du Fonds Stratégique d'Investissement (créé sous la présidence Sarkozy entre l'Etat et la CDC...sa date de création étant dans le contexte actuel un "problème" !!).  


Deux points à mettre en avant sur cette idée (majeure) de la Présidence normale.


Le premier est l'ouverture aux régions d'un "droit de regard" sur les activités de cette banque publique.

Bien entendu, c'est un cadeau fait aux présidents socialistes des régions d'entrer dans une machine de financement, donc d'accroître le pouvoir sans contrôle de leurs baronnies dépensières.

On imagine la tentation de Mike et de John-Peter de jouer aux golden boys dans les Z.I. lorraines !

Les Cajas espagnoles sont bien là pour démontrer le risque que cette proximité pouvoir financier-pouvoir local engendre...Je ne vous fais pas de dessins pour anticiper des exemples possibles en Lorraine...

Rappelons aussi la décision stupide (une de plus) de MM Masseret et Le Déaut de ne plus investir dans l'Institut Lorrain de Participation, la Région Lorraine perdant son influence dans cet outil de capital-développement. En même temps que la Région abandonnait sa minorité de blocage, le champ d'intervention de l'ILP était élargi au Grand-Est sous pretexte qu'il n'y avait pas assez de dossiers en Lorraine !

Et aujourd'hui, ces mêmes responsables pleurnichent pour "financer" l'économie.

C'est ça une politique de gribouille.


Deuxième point, au moment où la concurrence internationale est ultra-vive, comment peut-on avoir cette vision de quartier pour agir sur la modernisation de l'économie française, sur la constitution de filières solides ?

En Lorraine, on voit bien, entre Chambley et Illange, le danger de ce regard local court-termiste. A la base, la BPI est mal construite. Il faut au contraire conserver la séparation entre Oséo et le FSI. Ce sont deux métiers différents ( à noter que ce projet de BPI est en contradiction avec le projet de séparation des activités bancaires...).


Et comme dit ma Grand-Mère, ce n'est sûrement pas en prenant deux flambeurs que le feu démarrera !

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0

Publié le 12 Septembre 2012

 

 

 

Pendant des années, le Président PS du CG de Meurthe-et-Moselle et ses acolytes ont utilisé tous les moyens départementaux (biens publics)  pour dénoncer "la dette" de l'Etat envers le département de M&M :

 

L'Etat doit 245 672 052 euros

 

au conseil général de Meurthe-et-Moselle.

 

Dans une interview dans L'EST (12/9/2012), le président socialiste du département ose affirmer qu'il n'a jamais imaginé de demander un quelconque remboursement de cette somme à l'Etat. Pire, il annonce qu'il renonce à cette créance comme les autres départements (de gauche). La raison, le changement de majorité politique.

Tant que le pouvoir central était à droite, MM Dinet et Klein n'ont eu de cesse d'appuyer leurs discours sur cette question. En donnant ce coup de gomme, ils démontrent une fois de plus qu'ils gérent la collectivité avec un biais scandaleux : l'exécutif départemental place "le parti" au-dessus de l'intérêt de la propre collectivité qu'ils dirigent.

Monsieur Dinet dont la gestion inflationniste des effectifs était déjà bien connue se révèle sous son vrai jour : le PS partout, le PS d'abord.

Comme dit ma Grand-Mère, on comprend mieux (aussi) cet "attachement" aux collectivités locales de la part du PS.

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0

Publié le 9 Septembre 2012

 

 

Connaissez-vous le jugement éclairé de Tante Léonie sur la couverture quotidienne ample du quotidien de Nancy sur les faits et gestes des notables anciens et nouveaux du parti gouvernemental ?

C'est plus L'Est, c'est Monaco-Matin (même si ma Tante Léonie a un faible pour le Prince Albert).

Alors amusant de voir au-dessus de la "tournée de rentrée des élus" (NDLR lol : élus du CG 54 PS), un compte-rendu de l'"université de rentrée" de la Fédé 54 dans le quotidien du jour !

Tiens, y'a pas notre Hervé Féron !

Mais sont présents les Députés Potier et Khirouni, le Sénateur Reiner et bien sûr le Vice-Président du CG 54, Mathieu Klein.

Comme dit ma Grand-Mère, c'était et je te pleure de voir que les médias n'ont pas assez relayé la baisse de la TVA sur le spectacle vivant, que l'individualisme monte (c'est ça qui monte ou plutôt les impôts sans réforme de structure ?), que l'équation est difficile et que - mirabelle sur la tarte - un second mandat sera nécessaire à François Hollande !

Le discours d'avant était tellement facile et brutal.

Mais on voit aujourd'hui poindre une volonté ambigüe, voire dangereuse.

Nous tenons tout, utilisons tout, oui, profitons-en pour nous maintenir.

Le parti gouvernemental commencera à être (peut-être) crédible, lorsqu'il décidera de s'attaquer frontalement à la réforme de l'Etat et d'abord aux mille-feuilles des collectivités locales.

La Meurthe-et-Moselle fait partie des 30 départements en danger financier (Cf. website Les Echos).

Avant même la question du cumul des mandats, règler la "quantité" de mandats dans un souci d'économies ?

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #GRAND NANCY POLITIQUE

Repost 0