L'Est Rép... à donf Pro-Gouv PS...;)

Publié le 26 Mai 2012

Un petit article en France-Monde ce samedi dans L'Est a capté l'intérêt de ma Grand-Mère...: "Dette - La France profite d'un bon climat - Des taux d'emprunts historiquement bas". Article de circonstance bien sûr....avec quelques hics cependant.


Oui, les taux d'emprunts de l'Allemagne, des Pays-Bas, de l'Autriche, de la Finlande et de la France sont à la baisse ces derniers jours.

Oui, il y a bien sûr une "fuite vers la qualité" qui entraîne les taux allemands à des niveaux quasi-nuls sur les durées d'emprunts jusqu'à 5 ans. Ce qui "aide" les emprunts français - très liquides - à bien se placer.


Mais ce petit article donne une si gentille explication politique qu'il en perd en crédibilité...aux yeux de ma Grand-Mère.


1- Peut-on affirmer que "l'orientation" du nouveau gouvernement de gauche (quinze jours chrono) rassure les marchés, alors qu'aucune décision budgétaire ne peut être prise avant les Législatives  ?

2- Moody's confirme sa note (avec un gros bémol de surveillance) : qui avaient hurlé avec les loups de Standard & Poor's il y aquelques mois ?...ceux qui sont aux commandes aujourd'hui ! Mais si Moody's ne change pas sa note, c'est parce que l'"héritage" est jugé correct.

3- il y a du bizarre, bizarre dans cette situation quand même !

Oui, si, dixit L'Est (et d'autres) le Gouvernement de gauche ne fait pas peur aux "méchants" marchés financiers, c'est pour une raison, qui est po-li-ti-que !

Dire que "les marchés" sont rassurés par le Gouvernement de gauche ou dire que le Gouvernement de gauche rassure "les marchés", ce n'est pas exactement la même chose.

Quelle est la conviction des marchés (sans doute confortée par des propos off du Gouvernement de gauche) ?

C'est que rien ne sera fait, oui les promesses ne seront pas tenues, parce qu'elles ne sont pas tenables sur le plan budgétaire. A moins que le Gouvernement de gauche ne se réserve pour un peu plus tard...mais là warning énorme !

De toute façon, c'est une vraie question à poser aux candidats du nouveau Gouvernement de gauche qui usent et abusent d'une propagande économique tronquée !


Ce qui n'est pas dit dans l'article, c'est que cette baisse des taux a bel et bien un lien avec le ralentissement de l'économie plongée dans les incertitudes grecque et espagnole.

Et sur ce plan, la tactique du Président Hollande de montrer aux électeurs français la méchante Allemagne et de faire durer la crise espagnole est un très gros risque qu'il fait prendre à l'économie nationale.

Il est frappant de penser que la crise espagnole dure depuis que dure le début de la campagne présidentielle française.

Sans faire de Sarkoznostalgie ;), cela aurait nécessité une réponse immédiate.

Pourquoi attendre les élections grecques pour répondre au cas espagnol ?

Parce que cela peut faire gagner au PS des sièges en plus ? Sans doute.

Le faux débat sur la croissance et que la fausse question des Eurobonds font perdre du temps à l'économie qui a besoin de confiance.

Et pire, cela conduit au final à associer le problème grec à l'Espagne -et à l'Italie.

On risque de revenir six mois en arrière...

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0
Commenter cet article