Publié le 11 Décembre 2011

 

 

Monsieur le Président,

 


 

Votre Assemblée a apporté son "focus" à la démarche du Président du Conseil Régional de Lorraine sur le dossier Skylander. Il n'y a (presque) rien à redire sur ce "focus", comme vous l'avez nommé.

 

Ma Grand-Mère a pu se procurer la "note technique" du Cabinet du Président du Conseil Régional de Lorraine, le socialiste JP Masseret.

Cette note constitue l'argumentaire en appui de la délibération sur l'avance remboursable  de 7 Millions d'euros à Geci (Skylander), délibération adoptée sur cette base par la majorité PS-EELV-PC, plus la voix du FN.Or, la lecture des "aspects financiers" de cette note (voir ci-après la partie en gras) nous (ma Grand-Mère et moi) pose problème...

 

Le montant du projet global du Skylander est évalué par le Cabinet de JP Masseret à 188 Millions d'euros. Le chiffre de la société Geci (Rapport annuel 2010-2011 de Geci Aviation page 21) est : "environ 165 Millions d'euros non compris la première tranche de l'usine de Chambley pour 15 Millions d'euros qui sera financée par un crédit-bail ou une location simple".

 

A fin Mars 2011, toujours d'après cette note, 64 Millions d'euros ont été dépensés, dont "environ 60 Millions d'euros sur (les) fonds propres" (de la société).

Le rapport de Geci Aviation (branche aviation de Geci International) donne l'indication suivante. Les 64 Millions se décomposent en "45.5 Millions d'euros de fonds apportés par Geci International, GTh et Geci aviation et 18.5 Millions d'euros provenant d'avances remboursables et de subventions dont le Crédit Impôt Recherche". Nous pourrions dire que ces chiffres sont proches...en première lecture.

La note du Cabinet de JP Masseret fait ensuite état de "23 millions d'euros" d'acomptes sur commandes, ce qui est additionné pour obtenir un sous-total de 83 Millions d'euros environ.

Et donc, cette note continue les calculs : il est attendu environ 42 Millions d'euros d'aides publiques...il reste "à trouver 60 Millions d'euros sous forme de prêts ou d'apports d'investisseurs publics (comme le FSI) ou privés". Notons au passage que le Cabinet du Président du CR de Lorraine prend les décisions en lieu et place du Conseil d'Administration du Fonds Stratégique d'Investissement...et qu'il oublie (encore) d'évoquer l'Institut Lorrain de Participations...Mais ceci est de la politique qui ne répond en rien à la question économique.

Le vrai problème est ailleurs.

En faisant une erreur sur les 64 Millions d'euros de départ, les comptes de la "note du Cabinet" de Monsieur Masseret sont faussés. Il est écrit qu'il reste "42 Millions d'euros d'aides publiques à trouver", mais 18.5 Millions d'euros d'"aides" publiques (dont les 9 Millions d'euros de la première avance régionale, comme les premières avances Oséo et les premiers Crédits Impôts Recherche) ont déjà été versés - et notés comme tels par le société...Grosso modo, le Cabinet du Président du CR de Lorraine a comptabilisé deux fois ces 18.5 Millions d'euros déjà versés...donc il faudra les retrouver...

Monsieur le Président du CESE de Lorraine, vous avez, par votre assemblée, la capacité d'étudier à fond ce dossier.Vous craignez de perdre votre temps ?

Alors, continuons encore...

Autre élement "curieux", les avances sur commandes que le Cabinet évalue à 23 Millions d'euros le sont pour 3 Millions d'euros dans le rapport de la société (et encore, ce chiffre inclut les acomptes pour l'autre avion de Geci, le F-406).

Autre élément à souligner aussi, dans les comptes de la société Geci aviation (page 71), les avances remboursables (Oséo...) représentaient 4.234 Millions d'euros à fin mars 2010, elles passent à 15.768 Millions d'euros à fin Mars 2011...alors que les comptes courants d'actionnaires passent - sur cette même période - de 23.118 Millions d'euros à 12.773 Millions d'euros...


Bien entendu, le groupe Geci a ses contraintes. La question ne porte pas sur cette entreprise (même si j'ai un peu de mal à comprendre qu'elle ait besoin de deux sites industriels, mais je ne suis pas ingénieur), mais uniquement sur l'action de l'assemblée régionale et de son Président.

Le Conseil Régional de Lorraine qui sort totalement de "ses compétences" ici doit être rigoureux dans ses dépenses de fonds publics.

Il reste à souligner que les besoins financiers pour boucler ce projet, après la deuxième avance régionale, restent compris entre 80 et 100 Millions d'euros au moins. Les augmentations de capital évoquées dans le rapport annuel n'ont pas été réalisées à l'automne 2011...donc quid, sans parler du coût des retards...

Le Conseil Régional de Lorraine a voté une dépense considérable sur ses mauvaises additions. Une mauvaise addition de 18.5 Millions d'euros...au moins...

S'agit-il d'erreurs ou d'un habillage politique optimiste de la part du Président Masseret ?

L'agitation à solliciter le FSI est-elle là pour "rattraper" l'addition erronée ?

Dans tous les cas, le CR de Lorraine et son Président ne sont pas crédibles.

Avec les équipements de Chambley (environ 60 millions d'euros), les dépenses de communication, les 3 Montgolfières de la région (voir le post de Raph Vuitton) et les 16 Millions d'euros d'avances à une entreprise, la concentration de tels moyens (par le biais de dettes régionales) sur un seul projet n'est pas réaliste, il n'y a rien de "structurant". C'est clairement une fuite en avant de la part de cette collectivité territoriale dirigée par le PS. Mais l'addition sera pour tous les Lorrains et pour longtemps.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos cordiales salutations.

 



 

 


 

Conseil Régional de Lorraine

Cabinet du Président

Note technique

La société GECI s’est engagée il y a 3 ans dans la création d’un nouvel avion sur la base d’études de marché solides et en se dotant d’une équipe expérimentée.

En rachetant également REIMS AVIATION, GECI s’est dotée de capacités technologiques supplémentaires ouvrant la voie à des possibilités de développements multiples d’un avion au potentiel grandissant.

Chaque mois l’évolution du projet, les intérêts et commandes de l’avion confortent, d’une part les besoins du marché et d’autre part l’efficience des équipes d’ingénierie.

Pour cet avion qui sera dans le ciel dans les mois qui viennent, l’industrialisation est désormais proche.

La seule question qui se pose aujourd’hui est : sera-t-il assemblé et produit en France et donc en Lorraine, ou sera-t-il finalement industrialisé ailleurs dans le monde ?

L’ensemble des partenaires publics, de l’Etat aux collectivités territoriales et aux autres organismes spécialisés tant sur le plan de l’ingénierie financière que de la recherche, du développement, de l’industrie ou de l’aviation civile ou militaire se sont fortement mobilisés ensemble depuis l’origine du projet.

La Région Lorraine a pour sa part assumé pleinement ses engagements dans la cohérence de sa politique visant à favoriser la renaissance industrielle de la Lorraine, en particulier en confortant la filière aéronautique et en l’espèce en accompagnant le projet de GECI notamment :

- par le versement d’une avance remboursable de 9, 1 M€,

- par le dépôt d’un dossier auprès du Conseil d’Etat visant à permettre à la Région d’entrer au capital, à hauteur de 7 M€, dossier qui ne peut aboutir qu’au sein d’un consortium d’investisseurs publics et privés, (FSI, …),

- alternativement aujourd’hui par une seconde avance remboursable d’un montant équivalent,

- par la mobilisation des partenaires régionaux, notamment la Société d’Equipement du Bassin Lorrain pour la réalisation de l’usine d’assemblage à Chambley. La constitution du dossier de permis de construire est déjà engagée, la présentation publique du projet programmée pour décembre, le démarrage du chantier prévu en mars 2012,

- par la création d’un pôle de formation pour les métiers de l’aéronautique.

Durant les semaines qui viennent, les partenaires publics devront confirmer leur engagement dans le sillage des obligations relevant de l’industriel, créant ainsi les conditions d’un intérêt et d’une mobilisation des secteurs financiers publics ou privés, tant au capital de la société que dans ses besoins en trésorerie notamment dans le cadre de son projet immobilier.

LE PROJET SKYLANDER DE GECI

Le projet

Ce projet consiste en la conception, la fabrication, l’assemblage en Lorraine et la commercialisation d’un nouvel avion de transport, le Skylander SK-105, rustique et modulable, proposé à un prix compétitif, capable de transporter 19 passagers ou 2,7 tonnes de fret et d’opérer sur des pistes courtes et sommaires.

Il s’agit de remplacer des avions vieillissants (parc de plus de 6000 appareils dont la moyenne d’âge est de 28 ans) face à des concurrents pour la plupart de conception ancienne.

Enjeu pour la France et la Lorraine

L’enjeu est d’utiliser des méthodes modernes de conception pour proposer un produit à bas coût plutôt que de laisser ce marché jugé prometteur à des pays émergents.

Ce projet, ambitieux et emblématique de la volonté de lutter contre la désindustrialisation des territoires, est comparable, toutes proportions gardées, aux programmes d’avions Airbus et de moteurs CFM 56 dans les années 1970, aujourd’hui activités majeures d’EADS et de Safran respectivement.

La présence d’un maitre d’oeuvre de cette importance donnerait une dimension nouvelle à la filière aéronautique en Lorraine (environ 2400 personnes en 2010, en grande partie regroupées dans la grappe « Aériades »). GECI s’est engagée à créer 313 emplois directs et les emplois indirects associés sont estimés à 800, dont 600 pourraient à terme être localisés en Lorraine.

Avancement

Les dessins détaillés ont été réalisés et sont en cours d’ajustement à l’issue d’une revue critique de définition. Les travaux préparatoires aux essais et à la fabrication des premiers appareils ont été lancés. Le processus de certification a été entrepris en liaison avec l’Agence européenne (EASA). Le premier vol est prévu en 2012 et la certification en septembre 2013.

Le carnet de commandes annoncé était il y a quelques jours de 111 avions, dont 47 options.

210 personnes travaillent aujourd’hui sur ce projet à Chambley.

Aspects financiers

Les dépenses de développement, liasses et outillages de production, réalisation de 4 avions prototypes et essais, démarrage des fabrications de série jusqu’à la certification prévue fin septembre 2013 sont évaluées à 188 M€ dont 64 M€ dépensés et financés jusqu’en mars 2011 (dernier exercice clos de la société).

Sur ce montant, GECI a déjà apporté environ 60 M€ sur ses fonds propres et les acomptes sur commandes devraient contribuer à hauteur de 23 M€. Il est attendu environ 42 M€ d’aides publiques (cf ci-dessous). Il restera donc à trouver de l’ordre de 60 M€ sous forme de prêts ou d’apports d’investisseurs publics (comme le FSI) ou privés.

Les aides publiques spécifiques (hors 11,5 M€ de crédit impôt recherche) accordées jusqu’ici sont :

- une avance remboursable d’Oseo de 7,4 M€ dont 1,5 M€ non encore versés ;

- une subvention de l’Etat de 2,5 M€ dont 1,5 M€ non encore versés ;

- 9,1 M€ d’avances remboursables de la Région Lorraine, entièrement versés à ce jour.

Le reste est attendu de la Direction Générale de l’Armement (5 M€ au titre de l’article 90 : aides à l’exportation de matériels spécifiquement militaires) et de la Région Lorraine (7 M€).

L’avance remboursable soumise à la Commission permanente du 25 novembre.

Montant de 7 M€ : il s’agit de mettre en oeuvre sans retard le financement annoncé par la Région alors que depuis mi 2010 GECI a poursuivi son programme en conséquence.

Cette avance est entourée de garanties. En particulier, en cas de cession d’actifs et/ou de titres de propriété intellectuelles un remboursement serait immédiatement dû à hauteur de l’aide octroyée au titre de la présente convention et de l’avance de 9,1 M€ versée antérieurement.

Ce nouveau soutien augmente donc les garanties de récupération de l’avance déjà versée

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost0

Publié le 27 Novembre 2011

Oui,ce sujet a déjà été traité ici !

Et comme il est toujours d'actualité, allons-y encore...

Sans débat, la majorité PS-Ecolo-verte a voté une nouvelle avance remboursable au groupe Geci.

Le Président PS Masseret a vite allumé un contre-feu (ben on se demande pourquoi...) en écrivant au Président de la République pour que l'Etat vienne aider ce projet.

Monsieur Masseret ne fait que de la politique, rien d'autre depuis des années, en dépit des urgences.

Il a commis au moins trois erreurs techniques sur ce dossier et il appelle au secours de ses errements de développeur amateur... l'Etat.

C'est bien connu, quand une politique locale ne tourne pas rond, on appelle l'Etat. La décentralisation est de plus en plus synonyme de déresponsabilité (Cf. les dépenses de com', les emprunts en Francs Suisses, les prêts indexés sur le Yen, etc,...).

La Région Lorraine dirigée par le PS-EELV a donc offert plus de 15 Millions d'Euros d'avances remboursables "pour l'avion".

Les garanties demandées ne sont pas connues, ben oui, l'argent public se dépense en secret.

Le taux de la première avance l'est par contre. Ben, c'est sans intérêt !

Générosité avec notre argent régional !

Pendant ce temps, les comptes courants des actionnaires sont rémunérés à 3.50 %.

Tout ceci figure (en toute transparence) dans le Rapport Annuel de Geci International 2010 pp 17 et suivantes.

On y trouve aussi (plus loin) que le dirigeant a bénéficié (décision de l'AG) d'une prime exceptionnelle de 100 000 euros en 2010 (après avoir reçu 75 OOO euros en 2009), tout ceci est transparent et a été réalisé en toute légalité.

 

Oui, on en a déjà parlé dix fois du projet de Chambley lancé par la majorité régionale.

Oui, on a déjà dit que les investissements régionaux sur site représentaient une dépense de 70 Millions d'euros.

Oui, on a déjà écrit que ce projet a été lancé dans une précipitation politicienne, sans lien avec la réalité économique, sans une étude sérieuse du dossier sur le plan financier (la preuve  ?  le financement du Skylander se fait attendre, comme les homologations...).

Oui, on a souvent dénoncé les tables ouvertes à Chambley, oui avec le Conseil Régional, Chambley ne connaît pas la crise...

Mais, on n'a peut-être pas assez souligné le côté politicien de ces opérations.

Monsieur Masseret et sa majorité sont à deux doigts d'un fiasco scandaleux en termes de développement économique raté (notez bien qu'il s'agit là de la seule responsabilité du pouvoir politique régional).

Et que dans cette situation, le contre-feu allumé est un stratagème peu glorieux.

Monsieur Masseret et sa majorité oublient de préciser que l'Etat intervient déjà pour Geci par le biais d'Oséo  (banque des PME) et du Crédit Impôts Recherche (mis en place par le gouvernement actuel...tiens, est-ce que notre Ministre lorraine est au courant....;) ).

Ce que la majorité régionale PS veut cacher, c'est un échec probable, mais aussi une gestion disproportionnée et aventureuse des fonds publics. Les fonds consacrés à un seul projet (je parle bien de l'aventure Chambley) sont disproportionnés par rapport au budget régional et ils sont sans utilité économique (oui, c'est une perfusion de fonds publics, comme pour le Centre verrier de Vannes-le Châtel de Monsieur Dinet...).Pour donner une autre illustration, les avances remboursables accordées par Monsieur Masseret à cette seule entreprise représentent l'équivalent de 30 % des fonds investis dans les entreprises lorraines par  l'Institut Lorrain de Participation (tiens, il ne veut pas investir dans l'avion ...), structure qui existe depuis 30 ans...

Le Parti Socialiste de Lorraine et ses alliés sont simplement et clairement responsables du projet d'aménagement de Chambley, personne d'autres, et donc responsables de ces dizaines de Millions d'euros dépensés devant les Lorrains.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost0

Publié le 11 Novembre 2011

 

 

Qui sera le plus anxiogène sur la crise financière actuelle ?

Une première palme a été décernée à Jacques Attali par la Minsitre du Budget.Cet ancien sherpa de François Mitterrand, devenu conférencier de luxe, a fait entendre sa voix.

La France a déjà perdu son AAA, déclare cette ex-plume.

Timing historique mal venu...11 novembre...

Timing technique bien ciblé....journée du Jeudi 10 novembre 2011.

Avec l'"erreur" de l'agence S and P qui communique en fin de journée la perte de ce AAA.

Cette agence américaine qui a béni les subprimes a commis cette bourde incroyable.

Un peu comme un trader qui vendrait pour 1 Milliard alors qu'il voulait juste vendre pour 1 Million.Et encore, on parle ici de la note d'un Etat de plus de 60 Millions d'habitants....

Seule arme possible : une "enquête" de l'Autorité des Marchés Financiers, autorité présidée par le socialiste Jouyet, proche de F. Hollande.

On attend encore  les conclusions de l'enquête sur les rumeurs aoûtiennes sur la Société Générale...

Mais bon !

Après Attali, S and P, il y a eu Bruxelles, oui la Commission Européénne a mis un peu d'huile sur le feu, pour le plus grand bonheur des spéculateurs.

Oui, là c'est le sommet.

En pleine crise, le Commissaire européen intervient pour dire que le plan annoncé deux jours avant par un Etat européen n'était pas assez rigoureux.

La croissance prévue pour le budget 2013 est trop forte (je simplifie).

Quel expert peut prévoir la croissance du premier semestre 2012, celle du second semestre de cette même année ? Alors 2013 !

Toutes ces interventions technocratiques coûtent  une fortune aux Etats soumis à la pression des marchés.

L'Europe de Bruxelles a non seulement montré son impuissance (ce sont quelques Etats de la zone Euro qui ont repris la main), mais en plus elle est devenue néfaste à nos intérêts.

Simple question pour la campagne électorale française...en attendant, nos grands médias vont s'en donner à coeur joie pour faire bien peur...c'est vendeur, paraît-il !

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 11 Novembre 2011

Ce n'est qu'une annonce, gobée avec gentillesse par le quotidien local.

Le Conseil Général de M & M va / veut lancer un plan de 260 Millions d'euros pour la rénovation et la construction de collèges dans le département. Oh, qu'ils sont sympa et généreux avec l'argent qu'ils n'ont pas.

MM Dinet et Klein ont inventé un nouveau matériau : le béton politique.

L'annonce a un sens politique aussi fort que le projet envisagé.

Avec nous, socialistes, non seulement pas de fermetures de classes, mais aussi des collèges neufs partout.

Si l'on additionne ce projet et le Centre des Mémoires, on arrive à 300 Millions d'euros.

Ben pour des responsables qui pleurent en continu sur les millions dûs par l'Etat (de droite), ils en ont des ressources.

Pourquoi le CG 54 ne se lancerait-il pas dans la construction de la gare de Vandières ?

Oh yes, Klein can !

Les bonnes âmes peuvent penser que cela est bon pour l'Economie.

Mais ce n'est que du béton, une fois, sec, ça ne fait plus rien...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost0

Publié le 5 Novembre 2011

Le candidat socialiste a décidément du mal à trouver une tonalité "efficace" sur la crise de la dette.

Les événements non français se bousculent au portillon et pourtant le viseur est toujours dans la même direction...

En attendant, le candidat PS -et Président si -est devenu critique de tout ce qui  tourne autour du viseur.

Ainsi Mme Merkel, ainsi Mr Oboma sont devenus des cibles...alors que Mr Papandreou est mis au pinacle, en dépit des Milliards d'euros qu'il commence à coûter à l'Europe.

Un peu café du commerce, ben oui, ça fait du bien...;)

Mais tout ceci montre un mélange d'amateurisme et de mollesse avec un zeste de plus en plus fort d'indécision, que la voix copiée à Feu François Mitterrand ne parvient pas à dissiper.

Cette chère Martine Aubry a-t-elle eu raison avant tout le monde sur le "personnage" ?

Ceci dit, comme dirait ma Grand-Mère, les deux se retrouvent d'accord pour donner leurs y'kas à tout va...et se retrouvent impuissants à traiter le dossier Guérini ...oh oui, c'est un cas tellement dur à régler...tellement plus dur que...

Au fait, le Jean-Noël, il est pas clair depuis combien de calendes grecques ?

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 30 Octobre 2011

 

D'emblée, disons franchement que ma Grand-Mère et moi avons trouvé la prestation présidentielle bonne.

Pas d'autres adjectifs pour ne pas troubler plus les sensibilités qui, de jour en jour, sont de plus en plus à fleur de peau...

En un mot, l'élément "technique" était clair. Stop ;)

La "crise de la dette" n'est pas une crise de l'Euro, mais une sorte de changement d'opinion des investisseurs sur la valeur des emprunts de certains pays de la zone Euro (en remarquant qu'il se focalise uniquement sur des pays de cette zone monétaire et que dans le même temps, le change Euro-USD ne bouge quasiment pas...).

Ce changement d'opinion est bien entendu brutal, rapide et obsessionnel de la part des marchés financiers.

La spéculation (dont le raisonnement s'appuie sur la faiblesse institutionnelle de la zone Euro et sur les écarts grandissants de situation entre les pays de cette zone monétaire) se nourrit depuis des mois au régime crétois, donc elle est, elle, en bonne santé...pour tenir.

Face à cela, les gouvernements Euro sont pris dans une spirale de vitesse pour ne pas voir exploser leur monnaie unique, situation dont les conséquences seraient non pas lourdes, mais simplement terribles pour tous.

En dépit des Y'akas, le problème grec est complexe, Nicolas Sarkozy l'a bien expliqué.

Pour la Grèce, comme pour les autres, Italie en tête, le lien emprunts souverains - banques est le coeur de la tempête.

La question de la dépense publique devient essentielle...pour la limiter, et pour arriver à inverser la courbe du stock de dettes.

La fiscalité est devenue la zone de divergence entre les grands candidats de 2012.

Attaque et défense pour François Hollande.

Plus de flou en face.

On pourrait refaire l'histoire en songeant à une Présidence Royal...pour rires jaunes....

Mais de tout cela, il sera sans doute cent fois question dans les prochains mois.

Reste la chinoiserie !

Le candidat du PS a trouvé "un" angle d'attaque...curieux quand même...

Quand on a une méga-dette (comme tant de collectivités locales...), on lanterne auprès des créanciers pour qu'ils souscrivent des emprunts destinés à rembourser ceux qui arrivent à échéance, faute de quoi...on fait défaut...et là, plus un centime pour payer les traitements de la fonction publique et autres dépenses...

Les socialistes ont-ils oublié qu'en 1982-83, après les cigales de 1981, ils avaient été négocié un prêt auprès des Saoudiens.

Aujourd'hui, les obligations d'Etat sont "ouvertes" à la souscription des investisseurs du monde entier.

Si la Banque de Chine ou celle du Brésil veulent souscrire des obligations du FESF, où est le problème ?

On ne peut pas vouloir plus de dépenses publiques...et chinoiser sur les prêteurs....

Le candidat du Parti Socialiste ferait bien de faire gaffe à ne pas faire peur aux nouveaux banquiers...Madame Bettencourt ne pourra  souscrire que les 2 premières semaines d'émissions d'OAT d'une Présidence Hollande....;)...après ???

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 15 Octobre 2011

Il est revenu !

Oui, JPM est revenu...on l'avait perdu de vue depuis plusieurs mois, depuis les élections gagnées !

L'annonce présidentielle télévisuelle de la création d'un EPIC gérant l'aéroport régional a été très impressionnante.

Oui, au sol, on a un pilote...;)

Argument central : (avec larmes à l'oeil) cet aéroport est un bien commun de tous les Lorrains.

C'était beau, émouvant...

Et puis après, du Masseret normal, "on va discuter avec les acteurs locaux, les CCI, etc...".

Les bras m'en tombent.

Le Conseil Régional de Lorraine fait un chèque pour les fins de mois aéroportuaires depuis des années.

Mais, maintenant, c'est sûr, ça va décoller...avec les mêmes acteurs !

Le Président de la Région prendrait-il les Lorrains pour des billes ?

Pourquoi n'y-a-t-il pas eu sur ce dossier une vraie réponse à un vieux problème ?

Est-ce la compétence de la Région de gérer un aéroport (après des années d'insuccès) ?

Je sais, on me dira que la Région veut même construire des avions...

Et puis, y'a une autre synergie...ben oui, y'avait déjà des Ballons.....

 

La gestion politique de ce dossier important montre là une absence de pragmatisme.Si demain, on continue à faire, comme hier, quel miracle changera tout cela ?

La création d'un EPIC pour exploiter cet aéroport est une erreur technique, économique et financière. Le "pseudo-volontarisme" qui sert de ressort à la politique du Conseil Régional socialiste est un simple affichage. Face à une situation de concurrence (la mondialisation...), la régionalisation est un exemple de...démondialisation appliquée...Alors, à la caisse, citoyens !

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost0

Publié le 13 Octobre 2011

Pas vraiment palpitant ce débat des 2 survivants.

Même si David Pujadas a parfois joué au Denis Brogniart des conseils de Koh-Lanta.

Mais, on a compris deux choses.

La première.

L'un sait sourire (pâte molle), l'autre (pâte dure) sourit quand elle se brûle, expression de ma Grand-Mère non traductible.

La seconde.

Il n'est pas impossible de se retrouver avec un simple plateau de fromages à la fin.

Sérieux...;)

Vraiment pas convaincu par le discours économique, et encore moins par le tout fiscal des  2 candidats PS !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost0

Publié le 12 Octobre 2011

 

Le Général de Gaulle avait raison !

Un pays qui produit 365 types de fromages est difficilement gouvernable.

Désormais, il faudra distinguer les pâtes molles et les pâtes dures.


Il faut bien reconnaître que, sous cet angle, cette histoire frise le comique gaulois.

Pourtant, l'anathème de mollesse a un fond bien différent.

C'est une vieille tradition que l'on trouve dans les branches les plus sectaires de certains partis politiques.

Oui, c'est ainsi que l'on qualifie les adversaires qui seraient tentés par l'idée de compromis, de consensus.

Parce que l'opinion de l'autre, du mou, qui ne rentre pas dans la boîte hermétique du dur, n'a aucune valeur ?

Parce que l'idée du consensus est un scandale ?

Ben, comme dit Ma Grand-Mère, en Meurthe-et-Moselle, on n'a pas de bol...on a peu de pâtes molles, semble-t-il, au PS 54 !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost0

Publié le 8 Octobre 2011

 

Le PS 54, avec le duo Dinet-Klein, ce n'est pas un scoop, soutient la candidature de Martine Aubry.

Oui, Martine Aubry, comme Laurent Fabius, mais pas François Hollande, ni Manuel Vals...

Souvent ici, il a été question de la gestion très politique du Conseil Général PS de M & M, des embauches à répétition au staff de Blandan, de la politisation de l'administration, et de la dette départementale qui monte au fur et à mesure des années de grosses acquisitions immobilières et foncières...Nos taxes d'habitation en sont bien marquées....

De ce soutien des dirigeants du CG54, rien à redire, c'est un choix ancien (bravo la constance, c'est rare en politique).

Mais, c'est aussi le choix d'un socialisme pas mal dépassé par les événements économiques.

Lorsque Martine Aubry déclare (slogan répété d'ailleurs) qu'"Obama a mis les Banques au pas", on se demande où elle a cherché cela... Les Banques US sont aidées par une Réserve Fédérale qui utilise à fond la planche à billets pour elles et pour acheter des centaines de Milliards de USD d'actifs à Wall Street. Et Obama n'a pas changé d'un iota le plan légué par l'Administration Républicaine.

Martine Aubry ajoute, comme Ségolène Royal, qu'il faut "mettre les Banques au pas".

Quelles Banques ? Françaises ou Américaines ou Anglaises ?

On fait comment pour mettre au pas des entreprises non françaises ?

Et pourquoi ?

Les banques de la Zone Euro sont "attaquées" parce qu'elles ont des tonnes d'emprunts des Etats européens, qui leur servent de garantie pour leur refinancement auprès de la Banque Centrale Européenne....Emprunts qui permettent de boucler les fins de mois de la République Française...Où est la spéculation sur ce point ?

Martine Aubry donne une image dépassée d'un socialisme perdu dans cette crise longue et complexe.

Ses soutiens lorrains peuvent faire la grosse voix, ma Grand-Mère n'oublie pas qu'ils ont voté Non quand il fallait faire plus d'Europe. Ce Non se paie cher aujourd'hui...comme les refus ou les blocages de toutes les réformes structurelles de l'Etat.

Sans doute faut-il mettre en parallèle cette posture lourdement conservatrice  (qui règne maintenant au Sénat...) et le  discours constant et clairvoyant de...François Bayrou sur la situation du pays...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #GRAND NANCY POLITIQUE

Repost0