François Hollande : le grand écart entre Athènes et Marseille

Publié le 5 Novembre 2011

Le candidat socialiste a décidément du mal à trouver une tonalité "efficace" sur la crise de la dette.

Les événements non français se bousculent au portillon et pourtant le viseur est toujours dans la même direction...

En attendant, le candidat PS -et Président si -est devenu critique de tout ce qui  tourne autour du viseur.

Ainsi Mme Merkel, ainsi Mr Oboma sont devenus des cibles...alors que Mr Papandreou est mis au pinacle, en dépit des Milliards d'euros qu'il commence à coûter à l'Europe.

Un peu café du commerce, ben oui, ça fait du bien...;)

Mais tout ceci montre un mélange d'amateurisme et de mollesse avec un zeste de plus en plus fort d'indécision, que la voix copiée à Feu François Mitterrand ne parvient pas à dissiper.

Cette chère Martine Aubry a-t-elle eu raison avant tout le monde sur le "personnage" ?

Ceci dit, comme dirait ma Grand-Mère, les deux se retrouvent d'accord pour donner leurs y'kas à tout va...et se retrouvent impuissants à traiter le dossier Guérini ...oh oui, c'est un cas tellement dur à régler...tellement plus dur que...

Au fait, le Jean-Noël, il est pas clair depuis combien de calendes grecques ?

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article