Qui mange la saucisse blanche soutient Florange..ou le PS face au mur industriel

Publié le 29 Septembre 2012

 

 

background :


En mars dernier, le candidat PS à la présidentielle, puis en avril, son "représentant", futur PM, étaient venus à Florange.

Invitée par Edouard Martin, syndicaliste médiatique, la future Ministre de la Culture a fait plusieurs pique-niques sur place pendant la campagne, en clamant à qui voulait l'entendre ce nouveau proverbe:  "qui mange la saucisse blanche soutient Florange".

Sur tout cela, ma Grand-Mère s'était alors fendue d'un post dubitatif : l'ambigüité de Florange.

 


Cette semaine, le couperet est tombé.


Sans ramasser le couteau qui tombe, le Ministre Montebourg et le PS local ont mis en scène une pièce encore plus tortueuse que les deux premières.

En un mot, "tenez bon, nous sommes là".

En une image, le pot de terre va lutter contre le pot de fer Mittal.

Du théâtre, grande spécialité face aux problèmes économiques.

Restons mobilisés, déclare notre fameux Président du CR de Lorraine*.

Pourquoi faire ? s'interroge le journaliste Thierry Labro.

Pas de réponse...

 

Le gouvernement annonce qu'il va chercher un repreneur, que ce repreneur sera aidé par l'Etat et que le gouvernement a une botte magique : un texte de loi à venir, texte adapté au cas de Florange (dixit).

Quel industriel est-il prêt à reprendre des aciéries en Lorraine dans un double contexte de récession en Europe (politiques fiscales...) et de surcapacités ? Des Russes, des Chinois, Tata ? Tiens, quel groupe français serait capable d'investir dans l'acier ?...euh...

Oui, question sur le repreneur.

La négation de la compétitivité perdure, par pure idéologie.

Et pendant ce temps, les problèmes s'accumulent dans la région.

Le désastreux dossier de Chambley, créé par les responsables PS lorrains, est traité comme celui d'une MJC qui cherche une subvention (oui, du théâtre, encore et toujours) sans poser des questions simples : quelle marge peut dégager la production industrielle du Skylander ? Est-ce suffisant pour tenir financièrement ? oui ou non ?

 

La Lorraine ne manque pas d'entrepreneurs. Elle manque d'une vraie politique de développement économique et de soutien à l'équipement des entreprises de la part des collectivités locales presque toutes dirigées par le PS.

Deux exemples d' erreurs de la politique régionale actuelle :

-le fonds lorrain des matériaux, constitué par la région et Arcelor-Mittal : quid de la gestion future, maintenant que la guerre est déclarée ?

-la formation aux métiers aéronautiques au Lycée de Jarny...voulue proche de Chambley...


Et  pendant ce temps, la gabegie continue au CR de Lorraine !

 



*petit rappel historique :

La prise de contrôle d'Arcelor par Mittal (simple rappel) a abouti parce que l'actionnariat d'Arcelor était éclaté. Le Grand-Duché de Luxembourg en était le premier actionnaire avec moins de dix pour cent du capital. Mis à part les salariés, aucun actionnaire français significatif : le gouvernement Jospin (auquel appartenait JP Masseret) avait vendu les dernières actions detenues dans USINOR pour "faciliter" la création du géant Arcelor.

La bataille pour Arcelor est facile en fait pour Mittal. En face, une série de combats sans suite : hurlements xénophobes dans le vent, la tentation russe, puis la capitulation en campagne.

Il faut aussi le dire, la guerre psychologique a bien marché : ben les Mittal, on les connaît déjà, y'a toujours le droit du travail français dans leurs usines lorraines...

Arcelor est donc avalé par un groupe familial Indien, pétri de ratios financiers, qui détient la majorité du capital du nouveau groupe, mettant la main sur un groupe plus solide financièrement que le petit groupe Mittal.

La suite est connue.

Croissance mondiale : ça roule.

Ralentissement : ça ferme temporairement.

Récession : fermeture.

 

 

 

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article