petit bilan 2012 en Lorraine : l'invention de l'oppo-majorité

Publié le 26 Décembre 2012

 

Pour beaucoup de responsables PS, la belle époque n'est pas celle que l'on croit.

La double victoire de Mai et de Juin semble bien difficile à gérer sur le terrain et dans les têtes.

Qu'il était doux le temps où tout était simple et lumineux : une cible, un discours en boucle, jamais responsable, jamais fautif.

Oui, tout a changé avant l'Eté, mais rien est évident.

Les élus socialistes de Lorraine ont trouvé une parade confortable.

Le Traité budgétaire : ben moi, je vote contre (Chaynesse Khirouni), mais je vote le budget.

Le cumul de mandats : pas d'accord  (Hervé Féron).

L'accord Mittal-Ayrault-Hollande à Paris : je fais une grosse colère à Florange (Michel Liebgott).

Je taxe plus vite que l'ombre de Bercy ? (Christian Eckert).

Je sens que ça se passe mal, je demande au Président de la République de changer de politique (Dominique Potier), grande première politique au passage.

Je n'obtiens rien du gouvernement, je hurle couragement sur les technocrates de Bercy (JY Le Déaut, JP Masseret).

Last, but not least : le gouvernement supprime 79 postes dans l'Education Nationale en Lorraine, nous écrivons un communiqué de presse.

Ben qui nous ? ben nous les responsables du PS de Lorraine.


Le confort politique vient de voir le jour en Lorraine.

On ne construit toujours pas d'avion en Lorraine, mais on a des idées !

C'est l'invention de l'oppo-majorité made In PS Lorraine.

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0
Commenter cet article