La Région Lorraine, ses infos privilégiées, les petits actionnaires de Geci et l'AMF.

Publié le 26 Août 2012

 

 

 

 

Depuis juin dernier, les actions Geci International et Geci Aviation sont suspendues de cotation en bourse.

Les forums boursiers témoignent d'une vive colère et d'une inquiétude grandissante de la part des petits actionnaires de ces deux sociétés.

Cette "aventure" Skylander a été fortement médiatisée depuis le début, comme chacun le sait, en particulier par la Région Lorraine, dirigée par une alliance PS-EELV-FdG.

 

Un élément pose problème rétroactivement : les tweets du Président de la Région Lorraine le 30 Novembre 2011 sur la "commande" russe.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jean-Pierre MASSERET ‏@jpmasseret

 

@F3Lorraine Accord commercial ac compagnie soutenue par ministère transport russe, 260M $, signé ce matin. Commande confirmée ds 2 mois

 

 

1:54 PM - 30 Nov, 11 via web · Détails

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Jean-Pierre MASSERET Jean-Pierre MASSERET ‏@jpmasseret

 

#GECI signe une commande de 40 avions avec la Russie. #Skylander

 

 

10:54 AM - 30 Nov, 11 via web · Insérer ce Tweet

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le 24 novembre 2011, le cours de l'action Geci Aviation est à 0.54 euro.

Le 29 novembre à 0.61 euro, puis le 30  novembre à 0.65 euro.

Le 1er décembre, 0.83 euros, enfin le 2 décembre, 0.86 euros,....

Ma Grand-Mère laisse à chacun le soin d'user de sa calculette pour évaluer la hausse, et même pourquoi pas la convertir en années de rémunération de Livret A, produit chéri du gouvernement normal actuel.

Rappelons qu'en juin 2012, au moment de la suspension des transactions, l'action était retombée à 0.61 euros.

 

Ce qui est "ennuyeux", c'est le timing de l'information.

Avec deux questions à la clé.

- Qui a informé le Président de la Région Lorraine de cette "nouvelle" ? (fausse question).

- En tweetant par deux fois l'info, avec détails, le 30 novembre (le premier à 10:54 AM, le second à 1:54 PM), le Président Masseret a livré cette "nouvelle considérable" en dehors des clous de l'AMF, puisque le communiqué officiel de Geci n'est paru que le lendemain.

L'AMF qualifie ce type d'information d'"information privilégiée" et elle définit les règles de confidentialité liées à la conservation et la transmission des informations privilégiées.

Pour mémoire, le 15 décembre 2011, un second communiqué est publié par la société Géci : "Une nouvelle étape franchie avec l'inauguration du hall d'assemblage final des prototypes"...On y parle du Président de la Région Lorraine...et d'un chiffre d'affaires potentiel de plus de 700 Millions d'euros en lieu avec les 151 accords commerciaux, dont 10 commandes...

 

Le problème est double :

-quel a été l'impact de cette info "russe" tweetée, donc rendue publique avant l'heure  ?

-et quid des actionnaires (petits et grands) qui ont pu acheter des titres ou compléter leurs positions le 30 novembre ou après. Croyant soutenir un projet industriel, Ils sont aujourd'hui pris au piège aujourd'hui d'une épargne devenue illiquide.

 

En voulant profiter de retombées politiques immédiates, l'auteur des tweets a manqué à son obligation de réserve en tant que dirigeant d'une structure créancière de l'entreprise. Nul ne sait ce que cette histoire va devenir, et ni ce que les actionnaires minoritaires de Geci feront, mais la Région Lorraine n'est pas à l'abri d'un "conflit" supplémentaire, alors qu'elle doit tenir un cap sérieux et solide pour attirer les investisseurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0
Commenter cet article

Arnaud BEINAT 31/08/2012 10:33


Cette commande est étonnante.


Il suffit d'aller en Afghanistan ou au fin fond de l'Afrique pour observer le nombre et la varièté d'avions de fabrication russe capables d'assurer le spectre des missions constituant la cible du
Skylander.