La douche froide de Geci & la fuite en avant de JP Masseret

Publié le 4 Février 2012

 

Après plusieurs reports, la publication des chiffres du groupe Geci a enfin eu lieu le 1er Février 2012.

Au-delà de ces éléments si difficiles à publier, la fin du communiqué de la société laisse pantois.

Deux choses sont mises en avant :


1-- Un nouveau report du "premier vol" et un nouveau report de la certification du Skylander sont annoncés.

Il serait trop cruel de reprendre les dates avancées avant juin 2011.

Donc en juin 2011 (document de la société intitulé Plan de financement du Skylander),les dates évoquées étaient le deuxième semestre 2012 pour le premier vol et le premier semestre 2013 pour la certification avec les premières livraisons au second semestre 2013.

Au 1er Décembre 2011, dans le communiqué des MoU pour "une compagnie russe"...twitté en live par JP Masseret..., le premier vol était toujours prévu au second semestre 2012, mais la certification était décalée au second semestre 2013 (avec les premières livraisons dans la foulée).

Le 15 décembre 2011, dans le communiqué de la société annonçant le lancement de la production des prototypes (méga-fête avec MM Masseret et Dinet...), la certification est toujours prévue pour le deuxième semestre 2013, les livraisons sont par contre indiquées pour 2014.

Et donc, pour boucler cette chronologie, au 1er février 2012, (soit un mois et demi après la fiesta), le premier vol est maintenant prévu pour septembre 2013 avec une certification pour septembre 2014....des livraisons possibles à partir de 2015 ??


2--En continuant la lecture du communiqué du 1er Février 2012, les chiffres s'emballent !

Le coût du projet industriel passe de 165 Millions d'Euros à 215 Millions d'Euros dont un surcoût de 30 Millions d'Euros pour le décalage de la certification (...) et un réajustement des coûts de 20 Millions d'Euros. Donc avant même le début du début 50 millions d'Euros à trouver...en plus des 40 Millions d'Euros qu'"il restait à trouver" après les avances de la région et du soutien du FSI.

Cerise sur le gâteau : la société Geci prévient ses fournisseurs qu'ils devront supporter une partie des frais...belle perspective pour le secteur aéronautique lorrain !!

 

Ce que disent ces chiffres et ces dates, c'est qu'il sera encore nécessaire de prévoir des fonds publics pour "tenir" ce dossier.

Tout le monde est OK pour ça ?

Même s'il faut sacrifier d'autres projets actuels et à venir ?

Des subventions en moins pour le Musée Lorrain ou pour l'Université de Lorraine, sans parler des navettes vers l'aéroport lorrain...

Qu'en pensent MM Masseret, Dinet et leurs collègues PS-EELV qui ont voté, les yeux fermés, des "avances" pour 12 Millions d'Euros dans ce même laps de temps pour "leur aventure de Chambley" ?

Et surtout les contribuables lorrains sont-ils bien d'accord  ?

Ce dossier, conduit avec un amateurisme brouillon et précipité par le CRL, devient tout simplement scandaleux sur le plan politique.

Comme dit justement ma Grand-Mère, avec Chambley, Messieurs Masseret et Dinet ont maintenant leur Gandrange  ! Oui, des promesses aéronautiques, reportées aux calendes grecques...

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

tomtom 27/03/2012 15:49


Il faut soutenir ce projet. M. MASSERET fait tout son possible pour que ce projet d'envergure voit le jour. Cela permettrai à la Moselle et a toute la région de redynamiser son industrie et qui
plus est l'industrie aéronautique !! Imaginons un peu le nombre de PME qui pourrait voir le jour grâce à cette société.


Alors oui il faut de l'argent, beaucoup d'argent mais cela n'en vaut il pas la peine ?


Alors les médisants, les pinailleurs, les jaloux, les associations et autres nuisibles : STOP !


Moi je sui pret a payer plus d'impots par mois pour que ce projet voit le jour et porte la Lorraine vers des sommets.


A bon entendeur !

dgemalo 23/03/2012 19:55



Christophe Goetz 20/03/2012 09:42


Un point technique simplifié est disponible sur le blog dédié :-)

Christophe Goetz 20/03/2012 00:47


« Les concurrents sont de conception ancienne »: voilà tout ce que je trouve comme explication – alors que c'est largement faux - lorsque je tente de
creuser le dossier Skylander pour comprendre comment il va révolutionner la planète au point de ressusciter un marché des 15-20 atone et concurrentiel. Comment s'articule la mécanique de ce plan
marketing qui s'annonce redoutable? Parfois, ici ou là s'échappe un « Catia version 5 » désespéré et puis, pas grand chose d'autre...


Voici la modeste réponse que je tiens donc a apporter et que chacun pourra évidemment contredire en apportant ses arguments.


 


Dans un commentaire d'article de blog, Monsieur Masseret, Président du Conseil Régional de
Lorraine, interpelle un contestataire des aides publiques versées à Geci International par cet extraordinaire entame « Quand on connaît un peu le domaine de l'aviation, un retard d'une année,
c'est très peu» (1) laissant entendre qu'il connaitrait, et pas qu'un peu, ce monde là, comme ne le laisse d'ailleurs pas supposer son solide «background» de juriste puis d'inspecteur des
impôts.


 


Dans cette affaire ou l'on voudrait tout rendre compliqué pour nous faire croire que les assertions les plus fantaisistes ne peuvent être comprises que des «
spécialistes » qui savent de quoi ils parlent, un retour au bon sens paysan lorrain parait justement nécessaire. Hé oui! Mon fermier d'oncle, par exemple, tout aussi admiratif et respectueux
puisse-t-il être des scientifiques « nobelisés », n'accepterait pas, même venant d'Albert Einstein, qu'il lui explique qu'il se trompe quand il dit voir le ciel bleu par temps dégagé en pleine
journée d'été puisqu'il serait en fait rose à points verts. Aucune prétention ou complexe de supériorité de la part de mon oncle, mais simplement la force tranquille et raisonnable du bon sens
paysan lorrain, très efficace dans cet exemple construit sur mesure.


 


Voici donc une approche simple empreinte de bon sens façon « Le Skylander expliqué pour les nuls » que je soumets à votre réflexion.


 


Comme la plupart d'entre vous, mes souvenirs universitaires se bornent à quelques lumières allumées par des hommes ordinaires ou plus médiatiques qui ont su
retenir mon attention l'instant d'une remarque faussement évidente.


 


En lisant sur Boursorama les nombreuses fadaises administrées par des pseudos-scientifiques anonymes pour expliquer comment et pourquoi ce fameux Skylander allait
révolutionner la science, je n'ai pas pu m'empêcher de me rappeler un des ces instants qui façonne durablement votre culture générale.


 


J'étais alors en classe préparatoire: « Math Sup » comme on dit. Un professeur qui nous enseignait la mécanique nous
avait fait cette remarque : « Tout réside dans les matériaux. Les calculs que je vous ai présentés cette année, ça fait longtemps qu'on les maitrise et qu'il n'y a plus rien à dire. Il n'y a
plus rien a inventer en mécanique. Tout est déjà inventé. Il manque simplement des matériaux pour réaliser certaines des choses qui ont déjà été inventées».


 


De fait, les règles de la thermodynamique n'ont pas changé, mais depuis, la mise au point de céramiques industrielles a
permis, comme prévu dans les modèles, d'améliorer le rendement de moteurs particulièrement technologiques par exemple.


 


Il en est de même des règles de l'aérodynamique et le célèbre Boeing 747 avec son étonnante bosse était déjà proche de la
parfaite optimisation par de « simples » essais en soufflerie. Avec les mêmes données techniques (matériaux, moteurs) et économiques de l'époque, ne vous imaginez pas que nos ordinateurs en 2012
sauraient faire bien mieux.


 


J'y viens donc. Pour qui connait l'aéronautique aussi bien que M. Masseret et moi-même, c'est à dire avec une certaine
superficialité néanmoins critique, il est facile de comprendre que dans le monde d'EADS, souvent repris comme parallèle dans cette affaire, on négocie une « carelingue » (l'habitacle, son
aménagement, etc..) d'une part, et des moteurs de l'autre: ils forment au final un tout mais sont deux composantes bien distinguées des professionnels du secteur.


 


Les avancées techniques ont permis de faire progresser continuellement les performance des moteurs (réacteurs) pour
améliorer les performances générales des différentes versions des gros porteurs proposés.


 


Un saut technologique a été franchi dans l'aviation civile par l'utilisation massive de matériaux composites dans l'A350
d'Airbus et plus encore dans le Boeing 787 Dreamliner qui promeut ainsi une économie de carburant auprès de ses clients.


 


J'y suis donc. Je sais c'est simplifié mais on touche du doigt l'essentiel pour l'aéronautique je crois: Moteur et
utilisation de matériaux composites peuvent permettre d'atteindre un niveau de différenciation concurrentielle sensible.


 


Revenons-en à notre Skylander. Comment pourra-t-il révolutionner le segment des 15-20 au point de faire renaitre un
segment totalement atone?


 


Pour les moteurs, cela va être très simple et rapidement conclu: il s'appuie sur un moteur fiable et utilisé par d'autres
biturbopropulseurs 15-20: le Pratt & WhitneyPT6-65B qui équipe par exemple le Skytruck ou le Beechcraft 1900 et sa variant 1900D qui est d'ailleurs le seul 19 places biturbopropulseur
permettant aux passagers de se tenir debout à ce jour en attendant l'éventuel envol de Skylander (Beechcraft, un autre concurrent qu'il conviendra que j'ajoute à la liste des concurrents
existants au passage). Il n'y a pas d'avantage concurrentiel a attendre ici.


 


Pour les matériaux composites, leur utilisation reste marginale: «S'agissant des matériaux, Sky Aircraft a opté pour des solutions
classiques, économiques et bien maîtrisées partout sauf quelques capotages en composites tels que les nacelles moteurs, les saumons de voilure (dont le dessin a été modifié), les caissons de
tram, le capotage du caisson de voilure ou le radôme aluminium». (2)


C'est d'ailleurs ce que confirme M. Bitboul dans une interview tradingSat du 21 juin
20

LeBonSens 19/03/2012 10:57


Mais qu'est-ce qui empêche tous ceux qui soutiennent tellement Geci International, M. Masseret et M. Bitboul de financer directement la chose?


Facile de dire "je suis pour" en faisant payer les autres.


Geci est cotée en bourse à ce que je sais, alors laisser l'argent public tranquille et que tous ceux qui sont pour aillent payer les 100 ou 150 millions qui manquent. C'est pourtant simple non?
Pourquoi tout ce tapage?