Gaz de schiste : élections + inquisition

Publié le 25 Avril 2011

Si les Verts ( et dans l'ensemble, l'écologie politique), se lèvent pour dénoncer l'exploitation éventuelle des gaz de schiste en France, cela n'a rien de vraiment étonnant.

Que le Président du groupe UMP de l'Assemblée Nationale veuille se mettre en avant sur ce dossier par "anticipation" politique, cela l'est un peu plus, même si 2012, c'est demain.

La conséquence de ces prises de positions est de politiser un débat technique et économique.

Les Etats-Unis ont développé l'exploitation des gaz non conventionnels depuis un peu plus de 6 ans.

Leur objectif est de réduire leur dépendance vis-à-vis de producteurs trop hostiles politiquement. Et de penser aussi à l'après pétrole.

Le groupe parlementaire du parti présidentiel en France s'engage dans la voie inverse. Et Il envoie un double signal brumeux, encore une fois.


D'abord, il marque un changement de cap en complète opposition avec son historique nucléaire. Le pari économique de l'époque Pompidou-VGE a eu un impact considérable sur la production nationale d'énergie.

Aujourd'hui, le message du groupe UMP de l'Assemblée Nationale brouille cette histoire.

Est-ce que techniquement, le Nucléaire est moins dangereux que "les gaz de schiste" ?

 

Le second signal est encore plus étrange.

Par cette position sans nuance, l'UMP conforte le discours des Verts-EE.

Qui d'ailleurs ont habilement profité de la situation pour faire leur surenchère habituelle.

Pour reprendre l'expression d'un Député Radical, bien connu ici, au moment du débat sur l'identité nationale, l'UMP ne cherche-t-elle pas à courir dans le même couloir que ses opposants écologo dans ce débat sur les gaz de schiste ?


Alors quand le rapport d'étape des experts mandatés par le Ministère de l'Environnement souligne l'importance économique de poursuivre les recherches (Cf Les Echos du 22 avril 2011), que disent les leaders de l'UMP et des Verts ?

Ben, pour Christian Jacob, président du groupe UMP, on ne va pas changer de direction maintenant...

Et les Verts - EE, ben de toute façon, c'est aux politiques de décider...

Et pour José Bové, les experts (opposés aux idées de ce député européen immunisé) ne sont que...des vendus à l'industrie pétrolière...Débat clos.

 

Et si on soulevait la question de la compétence universelle des leaders verts, oui de cette écologie politique omnisciente...avant 2012 ?

Sont-ce des néo-technocrates, qui surfent de la chimie à l'agro-chimie, des sciences nucléaires à la géologie en passant par la sismographie, et sans oublier la botanique, la zologie, la médecine, la pharmacie ?

Ou des Inquisiteurs des temps actuels aux yeux -très classiquement- rivés sur les élections, maniant le bâton anxiogène et  la carotte télégénique ?


La destruction des centres de recherches OGM en France, avec une forte mansuétude judiciaire et médiatique, s'est traduit par le départ des centres de recherches à l'étranger.


Finalement, pour reprendre une boutade de Rhapsodies, un méga-musée est en train de s'installer sur l'hexagone. Coquelicots ici, sciences ailleurs...

 

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0
Commenter cet article