De Nittis au Petit Palais

Publié le 11 Novembre 2010

Oui, il y a en ce moment une autre expo à côté de la méga-expo Monet du Grand Palais.

La première expo des oeuvres du peintre italien Guiseppe De Nittis depuis des lustres*.

Pourquoi en parler ici ?

Déjà c'est sympa, mais ça, c'est une question de goût personnel.

Et puis, il y a au moins deux liens avec la Lorraine.

De Nittis était un ami des frères Goncourt (voir aussi leur Journal).

Et surtout une partie de son oeuvre est un écho (précurseur) de la peinture d'Emile Friant.

Donc mérite vraiment le détour...

 

 

 

 

*extrait du site du Petit Palais :

 

Né à Barletta dans la province de Bari en 1846- mort en 1884 à Saint-Germain-en- Laye, Giuseppe De Nittis a partagé sa vie entre Paris, Naples et Londres.

Depuis 1886, aucune exposition à Paris n’a été consacrée à ce grand artiste qui fut l’ami de Manet et de Degas. Peintre de la vie moderne, De Nittis s’intéresse à la vie des boulevards, des Tuileries et aux courses hippiques d’Auteuil ou de Longchamp, attentif à noter les toilettes et les modes de l’élégance parisienne. C’est un paysagiste sensible, aussi habile à traduire les contrastes lumineux de son pays natal que les ciels brumeux d’Ile de France, ou les brouillards londoniens.

En résonance avec des  collectionneurs raffinés, tels Goncourt ou Burty, il meuble son intérieur d’objets japonais et multiplie dans ses tableaux les hardiesses de composition ou de mise en page. Avec Manet et Degas, il est un des premiers artistes à expérimenter la technique du pastel dans des œuvres de grand format. De Nittis meurt à 38 ans « en pleine jeunesse et en pleine gloire», comme l’écrit Alexandre Dumas en guise d’épitaphe.


Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #il n'y a pas que la politique...

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article