Cantonales 54 -- Nicole C. : le rebours comme projet

Publié le 20 Février 2011

Les deux-tiers des conseillers généraux sortants des cantons de Nancy sont, à l'issue de leur mandat, des inconnues.

Ben, oui, pas grand chose depuis 2004, alors, il n'y a pas de raison de leur faire de la pub.

Que penser de l'obstruction acharnée au développement de l'Université de Nancy que les élus socialistes de Nancy au Conseil Général mettent en oeuvre en guise de programme éléctoral ?

En dépit de ses mots publics, Michel Dinet bloque le Plan campus.

Oui, pas de chèque. 

Et maintenant, c'est Artem qui est menacé d'un retard par le fait du colérique Prince du Département.

L'enjeu des cantonales à Nancy est bien là.

Avec une majorité impériale donnée à Michel Dinet, c'est un vrai risque pour le développement économique de la ville de Nancy.

 

Les candidats PS ont invité Arnaud Montebourg pour les soutenir.

Le Monsieur Polémique du PS a donc été choisi pour "chauffer" la salle.

Ce choix est bien révélateur de l'état d'esprit du PS 54...


Alors que dire de Madame C. qui "découvre" que l'Institut Commercial de Nancy s'appelle ICN Business School ?

Manque de travail, petites querelles électoralistes ou besoin d'augmenter un tout petit taux de notoriété ?

Ma Grand-Mère pense que ce coup de pub, relayé avec empathie par le quotidien de Nancy (rose toute...), est un contre-feu pour aider Mathieu K. à se sortir du bourbier "centre des mémoires"...

Pour Dominique O., ben, ce sera quoi la mission ?

 

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #GRAND NANCY POLITIQUE

Repost 0
Commenter cet article

Pomponius 10/03/2011 22:26



On peut trouver regrettable que Madame C., qui fait partie de membres extérieurs du CA de l'Université Nancy 2? ait manqué le fameux épisode de la constitution de l'Isam avec justement un bout
d'ICN mais c'est vrai aussi que beaucoup de collègues se trompent entre l'ICN école privée aux tarifs élevés et l'ICN public qui fait partie de Nancy 2. 


Plus largement, moi je suis très dubitatif sur les retombées économiques espérées de l'UdL et j'aurais tendance à penser que Nancy va y perdre au profit de Metz : étant Parisien, je n'ai aucun
chouchou, je vois juste certaines évolutions de l'intérieur... Mais si ça peut rassurer ceux qui n'aiment pas Metz, je crois aussi que globalement l'UdL est une machine à perdre des étudiants,
des enseignants-chercheurs de qualité qui s'en vont faute de pouvoir travailler dans un milieu serein depuis déjà plusieurs années, et des personnels administratifs reconnus pour leurs
compétences qui ont déjà ou vont demander une mutation à Nancy intra muros, parce que eux aussi en ont assez d'être dans le flou. 



Raph 21/02/2011 07:11



@Baba : il y a tout de même une différence entre un établissement d'enseignement supérieur privé, reconnu par l'État, rattaché par décret à Nancy Université et une entrerprise, non ?


L'investissement dans ARTEM, c'est l'investissement dans des locaux, qui seront mis à disposition, non pas gratuitement, mais contre le paiement d'un loyer.


Aussi, je ne vois pas trop où est le problème pour les socialistes avec ce projet ?  Mis à part leur méconnaissance totale du dossier, dont Mme Creusot a encore fait preuve récemment.


Je note au passage que lorsqu'il s'agit d'investir des millions dans une entreprise privée, voir d'entrer au capital de celle-ci, alors même qu'elle ne produit rien et n'emploie personne, ça ne
gêne pas beaucoup de monde parmi les socialistes du coin....


C'est ça la solidarité que veulent les socialistes : jeter l'argent par les fenêtres et négliger l'enseignement supérieur ?



Baba 20/02/2011 13:29



Je suis totalment d'accord avec vous, financer une grande école privée par des fonds publics est une exellente chose !


7623 euros la premiére année à l'ICN, ce n'est pas grand chose : c'est une école ouverte à tous les étudiants, c'est ca qui est bien : les fonds publics contribuent à la promotion sociale des
classes populaires.


Je trouve que cela illustre bien la "solidarité" qui caractérise notre ville et plus généralement l'action sociale menée en France par notre gouvernement.


C'est autre chose que ces bolchéviques socialistes du département qui ont permis aux collégiens un tarif social dans les canttines !


 


 



STANLEY DE LORRAINE 20/02/2011 16:41



Oui, oui, Baba....on va aussi parler de solidarité socialiste à l'espagnole...


Pour Zapatero, hip hip hip...mdr



Rhapsodies 20/02/2011 12:21



Assume, mets les noms des candidats voyons.