européennes : demain sera un autre jour

Publié le 8 Juin 2009

Le résultat est décevant pour le Modem, c'est certain.
Le score d'Europe Ecologie est bien sûr une victoire pour cette formation.
Après tout, l'arrivée au Parlement européen d'Eva Joly est une bonne nouvelle.
Mais, à étrange élection, curieux résultats !
Bravo aux vainqueurs veut dire à l'Ump Vae Victis.
Le slogan en boucle du parti présidentiel est que l'antisarkozisme a échoué.
Force est de constater que ce parti concentre depuis hier soir ses attaques
sur François Bayrou. Le Nouveau Centre n'est pas le dernier dans la danse...
la foi du converti comme d'hab.
Sans doute trop de critiques ont usé les critiques.
Mais la politique gouvernementale est loin d'apporter les bonnes réponses.
Et la gouvernance actuelle est une vraie interrogation.
Cela se voit depuis un bon moment à l'intérieur.
Cela éclate clairement à l'extérieur.
La dynamique Présidence Française de l'U. E.  au T4-2008 ne doit pas cacher
les errements de la politique étrangère depuis.
Sans oublier qu'à l'action bancaire - efficace - a succédé un grand blanc sur
la conjoncture économique.
L'opposition démocrate doit se structurer.
L'arrivée d'une force verte n'est pas bon signe...surtout pour le PS.

Mais, comme dit ma grand-mère, ce n'est pas parce que le chemin est cahoteux
que la direction est mauvaise.


Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0
Commenter cet article

Pomponius 08/06/2009 23:16

J'aurais même tendance à penser que la direction est très intéressante : on va déjà en avoir une idée à propos de la réélection (ou non) de M. Barroso. Après tout, le Modem s'est distingué par sa capacité à marquer son opposition et à proposer des noms quand le PS pédalait dans la semoule... Si c'est Dany le Roux qui mène la bagarre avec l'appui des élus Modem et d'autres et qu'il obtient ainsi ce que beaucoup d'europhiles convaincus souhaitent, why not ? Le même schéma pourrait s'appliquer en France à moyen terme, corsé par la question du candidat à l'Elysée puisque Dany le Roux n'en veut pas. Soyons honnêtes : pour faire face à la gouvernance actuelle, il faut du rose, du vert et de l'orange. Le PS se croyait assez fort pour imposer sa loi : ça paraît mal barré, et au vu de leur discours pâteux (sur les universitaires, sur M. Barroso) nul ne s'en plaindra sauf les encartés rue de Solférino. On l'espérait (et on l'espère encore) au Modem, mais ce sera peut-être le vert qui fera le catalyseur.Si on est tous d'accord pour être sceptiques sur le bouclier fiscal (accompagné des contrôles fiscaux pour les gagne-petit loin du Fouquet's à fenêtres et chaudières neuves), sur les abus concernant les libertés publiques, sur les économies exigées des uns quand les autres voient leur budget exploser à l'Elysée, pour s'arrêter à cette petite liste non exhaustive, les résultats d'hier ne sont peut-être pas inintéressants à moyen terme ;-).