Gandrange toujours

Publié le 14 Février 2009

Une fois n'est pas coutume, ce post suite à un commentaire, mais pas seulement.
Un ou deux points sur le commentaire de Prof en date 7 février à 13h37 pour être précis.

ah quand les nancéens se mêlent de ce qui se passent en moselle ...

vous ne connaissez pas bien votre dossier ...

donc permettez à un mosellan de vous rappeler juste un détail qui vous prouvera que votre question est sans fondement : gandrange avait été achetée par mittal bien avant la fusion avec arcelor ! et c'est au moment de la création d'arcelor que gandrange est tombée dans le giron mittal.

et croyez vous que MM. dollé (patron d'arcelor à l'époque) et mittal ait demandé l'avis des sidérurgistes pour savoir ce qu'ils voulaient ?? 



Bon, je ne sais pas où et quand j'ai parlé du débarquement ex nihilo de Mittal en Lorraine,
mais cela donne une occasion d'enfoncer le clou...

Personne en France n'a vraiment défendu Arcelor, groupe d'ailleurs luxo, comme on disait parfois.
Non, pardon,  il y a eu quand même à l'époque le Député Claude Gaillard qui est intervenu
pour mettre en lumière les conséquences néfastes d'une prise de contrôle d'Arcelor par Mittal.

Et depuis, on a au commande de la sidérurgie lorraine un groupe purement financier.
Et depuis, il y a eu des rachats d'actions pour 2.6 millards d'euros en 2007
et pour 4.12 milliards d'euros en 2008.
Les rachats d'actions sont des dépenses purement financières, souvent  à crédit...
Les actions achetées sont conservées pour "servir" des stocks-options ou/et pour réduire le capital,
et donc augmenter le poids des gros actionnaires.
Dans le cas présent, la part de la famille Mittal dans le capital de la société
s'est accrue ainsi de quelques %...sans qu'elle ait eu à sortir un centime).


Et depuis, il y a eu aussi la bagatelle de 1.23 milliards d'euros de dividendes en 2007
et 1.358 milliards d'euros de dividendes en 2008.

Voilà un constat simple.

Certains syndicalistes, virulents aujourd'hui contre l'Etat Français, d'ailleurs, ont eu
une vision myope sur ce dossier.
Alors quel crédit leur accorder aujourd'hui sur la politique industrielle à mener ?

Cela n'enlève rien, bien entendu, à la solidarité envers les personnels concernés.
Ni au jugement sur l'aller simple présidentiel en Lorraine.
Ni à la responsabilité des gouvernements successifs qui ont privatisé Usinor,
y compris le gouvernement Jospin-DSK-Aubry-Royal, qui a vendu la dernière part de capital
de l'Etat français dans ce groupe industriel, le laissant sans actionnaire français de poids.

Merci à Prof et à Dramelay de leurs commentaires...

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #LORRAINE VIE POLITIQUE

Repost 0
Commenter cet article

prof 18/02/2009 10:33

cher stanley,plusieurs remarques.je crois que vous mélangez un peu tout (je le dis sans ironie ni méchanceté) ; le sens de mon message est que lorsque ARCELOR a été créé (fusion USINOR, ARBED et ACERALIA), Gandrange a été rachetée à l'époque par un sidérurgiste quasi inconnu qui s'appelait MITTAL. Sans lui, ARCELOR voulait fermer Gandrange purement et simplement  (déjà ...) aussi quand il y a eu la fusion entre ARCELOR et MITTAL, le débat ne s'est absolument pas fait sur Gandrange mais sur l'avenir de la filière liquide dans la Fensch : raopezl vous que la fusion s'est faite sur une OPA inamicale contre ARCELOR juste après que M. DOLLE ait annoncé la fin des hauts fourneaux de Hayange.l'intervention de claude gaillard est purement anectodique dans l'affaire. les élus du secteur sidérurgique mosellan sont tous montés au créneau (quelle que soit la couleur politique) sur 2 points précis : - question de la filière liquide- question de la recherche puisque c'était juste au moment où le pôle de compétitivité MIPI se mettait en place ; mais au delà de la recherche ce que craignais les élus c'était la délocalisation des installatiosn lorrainesla mobilisation s'est faite la dessus ... après, la question de la défense d'ARCELOR, il faut dire que M. Dolle a tout fait pour que cette image déplorable soit au goût du jour ...bref, cela dit, en effet les salariés de mittal à gandrange ne doivent pas être oubliés aujourd'hui et c'est sans doute aune raison supplémentaire pour que les plus hautes autorités de l'Etat les traitent avec considération et respect plutôt que de leur raconter n'importe quoi ... 

STANLEY DE LORRAINE 28/02/2009 08:39


Cher Prof,

Si je comprends bien !
Le méchant Arcelor s'est débarrassé d'usines.
le gentil Mittal a repris ces usines pour des peanuts.
Puis le gentil Mittal a racheté le méchant Arcelor.
Les syndicats n'ont pas bougé parce que Arcelor avait été méchant.
Mais Mittal qui s'est endetté pour acquérir Arcelor se paie sur la bête aujourd'hui...