La crise de 2008 racontée à ma grand-mère (4)

Publié le 30 Novembre 2008


Tout va vite...c'est la caractéristique de la Crise de 2008.

Des banques à l'industrie, la rapidité du choc est là.

Toute l'économie sensible au crédit est dans la tourmente.

L'automobile comme la construction ne sont pas par hasard en première ligne.

Ces deux secteurs sont pris dans la nasse de la crise doublement,

par la crise du crédit et par les effets directs et indirects des hausses des prix des

matières premières.

  Dans cet environnement sombre, l'analyse faite par le journal La Croix la semaine dernière

remet une pendule à l'heure.

La  question de l'environnement  doit rester une priorité, un profond changement de nos comportements consuméristes constitue une réponse à la crise.

On pourrait croire en une  vision philosophique ou religieuse.

Mais il s'agit avant tout d'une lecture économique de la situation actuelle.

Même si les prix des matières premières viennent d'enregistrer une baisse aussi spectaculaire

que la hausse antérieure,  des disfonctionnements forts viennent d'éclater

dans nos économies dévoreuses de matières premières et de crédit.


Non, ce n'est pas notre  système économique qui est en cause.

p'tite provoc...puisqu'il y aurait à songer à l'alternative que représente une économie 

fermée  ou "non libre"....

Non, c'est avant tout notre mode de consommation qui vient de prendre un coup sur la tête...

Combien de temps mettrons-nous à le changer...ou combien de temps mettrons-nous à oublier

cette maudite crise pour reprendre nos vieilles habitudes ?


Ben, non, je n'ai pas reçu un Boudha tibétain sur la tête*...



*Cf. La crise racontée à ma grande-mère (1)...



à suivre...peut-être...







Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article