heureusement il y a Motherwell...

Publié le 20 Septembre 2008

Franchement, la crise bancaire, ce n'est pas drôle.
Même le duo Poutine - Medvedev a perdu pas mal de roubles, ces derniers jours.
Oh les pauvres...
Alors qu'un match de foot gagné, c'est plus cool, c'est plus sympa.

Et puis en dehors du foot, il n'y a pas grand chose...
Il y a bien les petites taxes, nouvelles ou anciennes.
Oui, feue la taxe pique-nique, une expression si jolie,
pas comme les affreux subprimes, les structures de defeasance,
ou encore le chapter 11.
Il y a bien le Ps qui désespère Maxime Pisano et d'autres.
Il y a bien la Fauvette, plus catho que Christine Boutin et plus
banlieusarde que Fadela Amara, qui se bat pour l'économie du Toulois ;)...
Il y a aussi la bataille fratricide pour la Présidence du Sénat...
Il y a bien sûr bientôt les élections au MD54...
 
Surtout que les Ecossais à Nancy, i zont été sympas.
Souriants, avenants, vraiment, un bon moment, et surtout on a gagné.
Alors, c'est sûr, les crises économiques, on laisse ça à OB et à son NPA,
ils vont nous faire leur synthèse, connue d'avance.
...Et nous, on regarde ailleurs ?
No comment, chut, silence...


Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #politique géné

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

vincent 20/09/2008 13:29

En tout cas les supporters nancéiens ont encore du boulot pour arriver à la cheville des Ecossais. 3000 contre 13000 mais on entendait qu'eux.

Dadu Jones 20/09/2008 10:02

C'est amusant, et à la fois non.

Pour être précis, moi qui n'avait pas remis les pieds dans un stade depuis 1986, et c'était la première fois, à suivre cette cohorte étrange pour des photos, je me suis retrouvé avec deux compères dans le stade.

Je n'y retournerai pas, mais j'ai passé plus de temps à regarder les gens que le match, dont j'avoue n'avoir à peu près rien à faire.

Et je me posais maintes questions sur le rôle exact du football. Si je suis absolument d'accord quant à sa redoutable capacité à détourner les gens de problèmes réels, concrets, locaux, vers un spectacle ayant un certain nombre de relents financiers et idéologiques assez insupportables, je n'arrive pas non plus à le réduire à ça.

Je pense qu'il s'y passe autre chose d'intéressant, et je cherche toujours une signification aux moments de réelle sociabilité utile auxquels j'ai assisté. Et je ne pense surtout pas qu'il soit judicieux de reprocher aux gens de chercher la distraction, celle-ci n'étant à priori pas incompatible avec l'intérêt porté aux problèmes immédiats, qu'ils soient locaux ou non (mais y'a des liens, de toute façon!).

Ce sont peut-être les constructions à postériori autour du foot qui font écran de fumée, et pas la tenue d'un match en elle-même.

Bref, expérience intéressante que d'assister à un match avec l'enthousiasme simple d'être avec des gens, sans se soucier du match ou de l'enjeu qui me passe cent mille pieds au-dessus de la tête. Ou en-dessous. Intéressant de lire les réactions sur les différents blogs locaux.

La tienne est une des plus critiques, je le reconnais. Et ça me plaît bien.

Par contre, j'attendrai une bonne décennie avant de retourner au stade: il y reste, en valeur absolue, trop de côtés puants et malsains pour que je puisse y adhérer!