Les Municipales à Nancy ? mais c'est "la carte du Tendre" !

Publié le 26 Janvier 2008

Grande nouveauté de ces élections municipales :
Etre candidat, c'est montrer que
l'on déborde de sentiments, d'affection, de passion,....pour  ses concitoyens.

On va finir par arrêter la distribution de tracts et offrir....des roses  des fleurs.
On ne fera plus de promesses, on fera des déclarations...d'amour.
Ben, oui, regardez le nom des listes et écoutez les paroles des candidats.

Comme interlude en ce temps électoral si particulier (composition des listes),
je vous propose de faire un voyage baroque,
à une époque où les sentiments s'exprimaient avec une précieuse retenue....

Fermez les yeux, euh non, imaginez Nancy vers 1680.
Vous êtes avec la Princesse de Clèves* et vous lui faites visiter la ville.

Vous longez la rivière Inclinaison (aujourd'hui disparue).
Vous arrivez à un carrefour qui mène d'un côté au quartier de l'Estime et de l'autre,
à celui de la Reconnaissance et, plus loin, celui (malheur) de l'Indifférence.
Ce dernier quartier est sombre (il faudra le transformer...),
avec les rues de la Méchanceté et de la Perfidie.
Au loin, la colline de l'Orgueil, battue par les vents froids.
La route de la Reconnaissance est plus belle.
Elle croise le boulevard de l'Empressement  et la chaussée des Petits soins.
Mais après, le carrefour de la Soumission pointe son nez,
et pour l'éviter, il faut vite repartir sur ses pas.
On peut aussi prendre, place de la Chose Publique,
une cariole nommée Caprice.
Vous serez sans doute obligés de faire le reste du chemin à pied
(il y a souvent des problèmes techniques avec les roues)
pour atteindre le quartier de l'Estime.
C'est le plus beau de la ville.
Vous y arriverez par la place du Grand Coeur.
Et puis ensuite, il y a la grande avenue de la
Sincérité**.......

tendre.jpgComme dirait Rulio, tu vois, ça n'a pas changé...


* pour les étudiants grévistes de Lettres - 3 jours de cours depuis la rentrée-....(je rigole, Maxime !!),
c'est  le personnage principal du roman éponyme de Madame de La Fayette (1634-1693).
Ce fameux roman est dans la lignée de
Clélie, 
écrit par Madeleine de Scudéry 
(entre 1654 et 1660) et
où figure "la carte du Tendre".

** Toute correspondance avec
des lieux actuels serait fortuite...

Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #GRAND NANCY POLITIQUE

Repost 0
Commenter cet article

BAUDOT Patrick 03/02/2008 22:02

Bonjour à tous
Mais moi aussi je veux qu'il continue, mais pour moi et rien que pour moi, dès fois j'aimerai le décodeur... mais surtt je ne veux priver personne de rien...
Bonne semaine à tous

Danièle 01/02/2008 13:44

Ouf! Merci, Stanley.
Sous mes applaudissements.

Danièle 01/02/2008 09:10

Pourquoi nous priver de notre divertissement préféré, M. Baudot ?
Chaque jour ou presque, Stanley s’efforce d’offrir à ses lecteurs une page culturelle et politique digne du Da Vinci Code ou du Cercle des poètes disparus, selon la plume qu’il utilise.
Ce n’est qu’une bagatelle et puis, qui veut de Tendre apprendre le chemin ?

STANLEY DE LORRAINE 01/02/2008 13:00

bon, alors, Danièle, je continue !

BAUDOT Patrick 30/01/2008 00:11

Bonjour à tous
je fais la tournée des blogs et j'aime bien ca, ca m'amuse et je participe qd je le juge nécessaire.
Par contre je demande à Stanley s'il ne peut pas faire un décodage à coté de ses "papiers" parce que j'ai beau les relire plusieurs fois je ne comprends rien... Suis je un imbécile pour autant, rassurez moi je ne suis pas le seul à rien comprendre...
je crois que je vais retourner à mes fêtes de quartier, au moins on ne se pose pas de question et on s'amuse...
bonne journée à tous et à bientot... peut être que je ne comprends rien à la politique, c'est possible aussi...
patrick

STANLEY DE LORRAINE 30/01/2008 12:32

@ Patrick Baudot :  bienvenue sur ce blogje vais tenir compte de cette remarque.....promis, j'arrête le cryptique !

tam 27/01/2008 14:17

Il faut croire que l'action pour l'instant est menée de main de maître par Dédé Gorgibus...et ses précieuses bien ridicules...on attend de voir la distribution des rôles...