Ump 54 : mais où est la "rupture" ?

Publié le 11 Novembre 2007

rossinot.jpg








Décidément tout est possible à Nancy !
Avec les "investitures" données à  A. Rossinot (pour Nancy), G. Royer (Pulnoy)
et C.Guillerme (Laxou), l'Ump a frappé un grand coup dans le sens... de la continuité.

La rupture serait-elle ailleurs ?

Après Gérard Michel, c'est François Pélissier qui annonce qu'il ne figurera pas sur
la liste conduite par le désormais Maire-Candidat de Nancy.
Si l'on ajoute que François Werner (actuel adjoint à Nancy) est investi pour mener
la campagne Ump à Villers-lès-Nancy, ce sont tout compte fait 
trois pointures qui quittent l'équipe d'A. Rossinot.

Comme Gérard Michel, François Pélissier évoque les bons souvenirs,
mais aussi (tiens, tiens) le problème de "la gouvernance" au sein
de la municipalité actuelle.
Plus précis, l'homme qui a transformé le Vent en or évoque un centralisme trop lourd.
En un mot, il n'y a pas de "management participatif" comme cela se fait
dans les organisations modernes.

Aurait-on là le premier thème de la prochaine campagne électorale ?

Il suffit de regarder la blogosphère...de Maxime Pisano aux Jeunes Modem...
pour le penser...


Rédigé par STANLEY DE LORRAINE

Publié dans #GRAND NANCY POLITIQUE

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ROSSKOPF 17/03/2009 21:48

Il est temps de changer les chosesNicolas ROSSKOPFMilitant UMP 54

dramelay 11/11/2007 09:29

Oui, la rupture dans la droite du 54, elle est interne, et ressemble à un dérangement gastrique. Quant au management participatif comme thème de campagne, faut pas oublier ce que ca a donné pour Ségolène. D'ailleurs, le fascisme municipal, ca peut être effcicace aussi et, en tout cas, ca fait moins mal au postérieur des mouches.